Saint-Laurent et Apatou subissent la montée du Maroni
Soutenez la presse écrite et France-Guyane : >ABONNEZ-VOUS !
INONDATIONS

Saint-Laurent et Apatou subissent la montée du Maroni

Samuel ZRALOS/Florentin POPIEUL

C'était attendu, c'est arrivé, la pluie a fini par provoquer des inondations à Saint-Laurent du Maroni et Apatou. Des évacuations sont en cours sur la zone de Crique serpent, entre les deux communes.

© FP

Les pirogues récupèrent les jeunes à un endroit inhabituel. Le ponton de la place des fêtes est impraticable. © FP

L'accès au dispensaire rendu compliqué par le dégât des eaux. © FP

Le club de Kayak d'Apatou ne doit plus traverser la place des fêtes..les bateaux sont prêt à mettre à l'eau... © FP

L'école Pakiseli est difficile d'accès.

Les Apatouciens viennent constater la montée des eaux © FP

L'escalier menant à la PMI d'Apatou © FP

Les routes en bord du fleuve d'Apatou commence à être inondés. © FP

La route entre Apatou et Saint Laurent du Maroni subit la montée des hauts, avec les voitures se retrouvant bloquées au niveau de la crique Serpent. © SZ

© SZ

La crique "la Forestière" © FP

Photo prise hier, aujourd'hui, l'Office de tourisme, à gauche est entouré d'eau © FP

L'école Pakiseli d'Apatou a dû être fermée ce matin © FP

Place des fêtes d'Apatou © FP

La place des fêtes du collège presque entièrement inondée. A quelques mètres du collège se trouvant dessus © FP

Le centre de santé d'Apatou et les locaux de la CTG © FP

La route entre Maiman et Apatou © FP

 Depuis le début de la semaine, les Saint-Laurentais et Apatouciens guettaient la montée inquiétante et précoce du Maroni, ils l'ont découvert recouvrant la place des fêtes et une école ce matin.

Le maire d'Apatou, Moise Edwin, a pris contact avec la CCOG pour débloquer des fonds afin d'acheter des denrées de première nécessité. Ces dernières seront amenées "ce dimanche sur les écarts Sud en direction de Providence".

"La maison de quartier de la Forestière sera mise à disposition afin de reloger les habitants dans le besoin, et ceux désireux de protéger leurs biens" explique t'il, car de nombreuses maisons sont inondées et subissent la puissance du Maroni.

Au niveau de crique Serpent, sur la route entre les deux communes, des habitants sont en ce moment même sur le toit de leurs maisons pour échapper à la montée des eaux. L'équipe d'intervention aquatique des pompiers de Saint-Laurent y est partie en urgence pour porter secours aux victimes. La circulation à été interrompue sur la route.
« Les pompiers sont venus nous chercher avec un bateau »

Le quartier informel Bagdad au cœur de Saint-Laurent, a également subi de plein fouet la puissance des précipitations. Pas une véritable surprise pour ses quelques centaines d'habitants, puisque la zone est inondée pratiquement chaque année depuis 2015. Une situation en grande partie imputable à la présence de buses d'évacuation des eaux trop petites sur la nouvelle ZAC Saint-Maurice, qui surplombe le pâté de maisons.

7 familles de Bagdad ont passé leur fin de nuit et leur matinée au gymnase municipal de la capitale de l'Ouest, ouvert dès 1h du matin par la mairie. Une centaine de personnes supplémentaires serait attendues au gymnase demain matin.

« A 21h j'ai déposé mes enfants chez le voisin », pour les mettre à l'abri, puis « à partir de 22h l'eau a commencé à rentrer dans la maison, les pompiers sont venus nous chercher avec un bateau », témoigne madame Saaki, qui habite Bagdad.

Pas encore retournée chez elle, la mère de famille s'attend à de nombreux dégâts sur Bagdad, d'autant qu'aucune solution pérenne n'est pour le moment proposée aux habitants du quartier informel par les autorités. Au gymnase, les équipes du CCAS leur fournissent une aide alimentaire, en plus de l'hébergement temporaire.

Plusieurs autres quartiers d'habitation de Saint-Laurent ont par ailleurs subi des inondations plus ponctuelles pendant la nuit d'hier à aujourd'hui, sans nécessité d'évacuation. C'est le cas par exemple au Lac bleu, au début de la route de Paul Isnard ou à plusieurs points de la route de Saint-Jean.