Grève et blocages : le point sur la situation à Maripasoula
Soutenez la presse écrite et France-Guyane : >ABONNEZ-VOUS !

Grève et blocages : le point sur la situation à Maripasoula

Nancy LAFINE, n.lafine@agmedias.fr
Les habitants de Maripasoua souhaitent plus de rotations, entre Cayenne et Maripasoula. 
Les habitants de Maripasoua souhaitent plus de rotations, entre Cayenne et Maripasoula.  • GG

La grève et les blocages à Maripasoula, ont débuté il y a plus de 20 jours (le 5 octobre, Ndlr). Où en sont le mouvement et les revendications ? On fait le point avec Jonathan Abienso, porte parole du collectif des habitants de Maripasoula.

Situation aérienne

Parmi les revendications faites au sujet de la compagnie d'air Guyane, quelques-unes semblent avoir été entendues.

En effet, sur le site de la compagnie il est désormais possible de payer son billet au tarif résident, et de procéder à certaines modifications directement en ligne. De même, la pénalité (50 euros) appliquée lors d'un retard, est temporairement suspendue.

Cependant, les discussions coincent encore au niveau du nombre de rotations de vol.

« Nous attendons que la CTG (Colletivité territoriale de Guyane) et la DGAC (Direction générale de l'aviation civile), nous donnes une confirmation sur l'augmentation des rotations.
D'après la CTG c'était à la DGAC de faire ce retour. Aujourd'hui, il est impensable pour nous d'arrêter la grève sans avoir le retour des donneurs d'ordres. Nous sommes passé de 32 vols il y a 1 ou 2 ans, à 21 vols par semaine aujourd'hui.

Cette situation pose d'énormes problèmes de circulation entre Cayenne et Maripasoula. À titre d'exemple, pour le mois de novembre, tout est complet ! Toutes les démarches, ou les courses qu'on veut faire, il faut aller sur le littoral, donc on ne peut pas continuer comme ça », affirme Jonathan Abienso, porte-parole du collectif des hbitants de Maripasoula.

Jonathan Abienso, porte-parole du collectif des habitants de Maripasoula, fait le point sur la situation à Maripasoula. • GG

Situation scolaire

Si en cette période de vacances scolaires,  la question de l'ouverture des écoles ne se pose pas, la réponse sur l'éventualité d'un  bocage à la rentrée, semble néanmoins très claire du côté des grévistes.

«Je le répète, tant qu'on n'aura pas de réponse concrète, on continuera à faire grève et  jusqu'à la rentrée scolaire s'il le faut. Le président Serville et le responsable de la DGAC prendront à leur compte, le retard des élèves, car ils tardent à nous donner une réponse. D'ici une semaine, il y aura la rentrée.  Les profs qui sont partis en vacances voudront revenir... mais s'il n'y a pas de réponse, le blocage  restera en place », ajoute-t-il.

Autant dire que pour l'instant, la sortie de la grève n'est pas immédiate.