Derek Walcott, l'autre enfant de la Martinique
NÉCROLOGIE

Derek Walcott, l'autre enfant de la Martinique

Adams KWATEH
Le 6 janvier 1993, Alfred Marie-Jeanne recevait Derek Walcott nommé président du Prix Frantz Fanon (WT)
Le 6 janvier 1993, Alfred Marie-Jeanne recevait Derek Walcott nommé président du Prix Frantz Fanon (WT)

L'écrivain saint-lucien décédé vendredi à 87 ans, est un familier de la Martinique, non seulement à travers Césaire, mais encore Édouard Glissant, Raphaël Confiant ou Patrick Chamoiseau. En 2013, il s'est rendu sur l'île pour un hommage à Aimé Césaire dans un colloque organisé par le Centre césairien d'études et de recherches.

Pour le Nobel de littérature 1992, Césaire était « un oncle bienveillant » , avait-il salué d'emblée lors du colloque international « Aimé Césaire, oeuvre et héritage » , organisé pour le centenaire du poète. Affichant toujours un regard malicieux. Le petit homme moustachu n'était jamais en manque de plaisanteries pour détendre l'atmosphère. Ces dernières années, Derek Walcott avait perdu sa fougue de marathonien, inlassable marcheur, il éprouvait une grande joie à accompagner ses visiteurs à la découverte des rues de Castries. En juin 2013, il était entré en fauteuil à la salle Aimé-Césaire sous les ovations de l'assistance. L'auteur de Omeros et Café Martinique, n'avait pas pour autant perdu sa lucidité imprégnée d'une fraîcheur hors de tout académisme.

Suivez l'info en temps réel
sur l'appli France-Guyane!

Télécharger