Mounou réalise son rêve jamaïquain
Soutenez la presse écrite et France-Guyane : >ABONNEZ-VOUS !
MUSIQUE

Mounou réalise son rêve jamaïquain

Pierre ROSSOVICH, p.rossovich@agmedias.fr

Le dj – et désormais chanteur – Mounou, originaire de Kourou, vient de sortir une compilation intitulée Bad Away, directement inspiré d’un riddim jamaïquain des années 90. Cerise sur le gâteau, Mounou a fait le déplacement en Jamaïque et a pu enregistrer avec le « légendaire » Richie Stephens !

Si vous ne le saviez pas, dans les années 90, toute une génération de Guyanais a grandi au rythme de la musique dance-hall jamaïquaine. Une scène ultra-productive qui livrait alors régulièrement une quantité impressionnante de riddims : ces rythmiques instrumentales sur lesquelles posent des dizaines d’artistes. Parmi les riddims à succès qui ont marqué leur époque : Sail Away produit en 1998 par le chanteur jamaïquain Richie Stephens (notre photo). Les titres de Sean Paul, Mr Vegas et Beenie Man enregistrés sur le Sail Away, résonnent toujours dans les soirées reggae plus de vingt ans après.

À Kourou, un DJ du nom de Mounou, a décidé de reprendre ce riddim et de l’adapter à la sauce guyanaise. « Le Sail Away riddim a bercé mon enfance, raconte Mounou, j’ai voulu le moderniser et le remettre au goût du jour ». Il n’est d’ailleurs pas le premier à s’en être inspiré, puisque le même riddim a également été la base du tube planétaire « Work » de Rihanna et Drake…

« Un père musical »

Mounou reprend donc le riddim en début d’année 2022 et le rebaptise Bad Away. Il contacte ensuite Richie Stephens afin d’obtenir son autorisation en tant qu’auteur. Là, la réponse du Jamaïquain surprend totalement Mounou : « Il était fier de savoir qu’un Guyanais s’inspire de sa musique ». Le Kouroucien décide alors de se rendre en Jamaïque pour rencontrer Richie Stephens en personne et lui demander de rechanter son tube « Take me away » sur son riddim. Une rencontre qui a marqué Mounou. « Pour moi, Richie Stephens est une légende du dancehall, il a chanté avec les plus grands. Pourtant il m’a accueilli comme un ami, il a respecté ma démarche de venir dans son pays et m’a donné toutes les autorisations. Il n’a pas fait djèz comme on dit. Il m’a emmené dans son studio. J’y ai même croisé Bounty Killer ! », raconte Mounou, emballé par son voyage.

Sur place, Mounou demande à Richie Stephens de pouvoir tourner un clip ensemble. On y voit les deux hommes échanger une bouteille de Belle Cabresse, pour le clin d’œil à la Guyane. À ce moment-là, Richie Stephens demande à son tour à Mounou de chanter avec lui sur le titre en question. Un rêve éveillé pour le Guyanais. « J’ai trouvé en lui un père musical », souffle le jeune homme.

C’est ainsi que Mounou a pu faire ses premiers pas derrière le micro, encouragé par un vétéran du genre. Un contraste avec ce que ce Kouroucien de la cité Manil a pu vivre avec certains chanteurs et producteurs en Guyane. « Certains artistes dancehall guyanais ne sont pas professionnels, regrette Mounou. L’humilité d’un homme comme Richie Stephens, qui a chanté avec les plus grands, m’a ouvert les yeux ».

Le Bad Away riddim est aujourd’hui disponible sur les plateformes de streaming, avec Mamy Polenco, Trae Stone, Fun X, Mystik, Shatta, Richie Stephens et Mounou. À noter qu’une deuxième série sur le même riddim sera bientôt disponible.