Tensions entre gendarmes et soignants à Saint-Laurent
SAINT-LAURENT

Tensions entre gendarmes et soignants à Saint-Laurent

Samuel ZRALOS
L'entrée des urgences du Chog.
L'entrée des urgences du Chog. • SZ

Suite à une altercation samedi dernier, le ton est monté ces derniers jours entre le Chog et la gendarmerie de Saint-Laurent. Une réunion doit avoir lieu le 12 octobre, avant une possible grève du personnel hospitalier. 

Gendarmes, direction du Centre hospitalier de l'ouest guyanais (Chog), service des urgences et syndicats de l'hôpital doivent se retrouver le 12 octobre pour établir un processus régissant leurs interactions et pour que la gendarmerie présente "des excuses à l'hôpital"... Si le Chog n'est pas satisfait de l'issue de la réunion, un préavis de grève déposé mardi sera activé.

Dispute devant un club

Pour comprendre les raisons de la discorde, il faut remonter à samedi dernier : comme on peut le voir sur des vidéos qui ont circulé sur les réseaux, une dispute s'est déclenchée entre des habitants et des gendarmes dans la soirée, devant un club de la ville. A l'issue de l'incident, qui a fait des blessés de part et d'autre, des habitants ont emmené un participant aux urgences. Service où se sont également dirigés des gendarmes, pour accompagner un de leurs collègues.

Le médecin s'interpose

Résultat, tout ce monde s'est retrouvé à l'hôpital, où les forces de l'ordre ont voulu interpeller le patient soigné suite à la bagarre initiale. Le médecin s'est interposé, a tenté d'expliquer que son rôle était d'abord de soigner et que les autorités débordaient de leur fonction.

Ire des soignants

D'après les syndicalistes hospitaliers, après un temps de flottement les gardiens de la paix sont rentrés directement dans le service en lui même, où ils auraient à nouveau tenté une interpellation. Ils auraient également réclamé aux practiciens l'identité de la personne. Ce qui a provoqué l'ire des soignants, tenus au secret professionnel comme au serment d'Hippocrate.

Médecin convoqué à la gendarmerie 

La situation aurait pu en rester là, d'autant que ça n'est pas la première fois qu'il y a des tensions entre Chog et gendarmerie, notamment autour de patients mules. Mais les forces de l'ordre ont décidé de convoquer lundi 2 octobre le médecin urgentiste dans leur locaux, où il aurait été très mal reçu, avec prise d'empreintes et pressions. 

Préavis de grève

" On a essayé d'intimider un médecin et du personnel soignant " résume Olivier Maignien, syndicaliste Unsa de l'hôpital. Ce qui a poussé le syndicat et le personnel à déposer mardi un préavis de grève et à exiger la tenue de la réunion de la semaine prochaine. Ils demandent donc des excuses de la gendarmerie, la signature d'un protocole d'accord entre les deux organismes - celui-ci n'a jamais été signé - et le retrait immédiat du dossier judiciaire contre le médecin incriminé. 

Contactée, la gendarmerie ne souhaite pas communiquer sur le sujet à ce stade.

Suivez l'info en temps réel
sur l'appli France-Guyane!

Télécharger