« Si je suis élu, je mettrai en œuvre jusqu’au bout les accords de Guyane »
Soutenez la presse écrite et France-Guyane : >ABONNEZ-VOUS !
INTERVIEW EXCLUSIVE

« Si je suis élu, je mettrai en œuvre jusqu’au bout les accords de Guyane »

La Rédaction
Jean-Luc Mélenchon mercredi à son arrivée à Félix-Éboué
Jean-Luc Mélenchon mercredi à son arrivée à Félix-Éboué

Jean-Luc Mélenchon est en Guyane pour une semaine. Le candidat de la France Insoumise à l’élection présidentielle – la troisième à laquelle il participera – lance donc sa campagne chez nous, alors que la situation sociale peine à se détendre. Il répond à nos questions.

La couverture vaccinale de la Guyane est la moins importante de France. Jugez-vous que ce soit le résultat d’une mauvaise gestion de la crise ? Qu’aurait mieux dû faire le gouvernement en Guyane ?

On peut combattre l’épidémie autrement que par le pass sanitaire autoritaire : en agissant contre l’abandon social. La Guyane est le plus grand désert médical de France. Il y a deux fois moins de médecins et deux fois moins de lits d’hospitalisation par habitant que dans l’hexagone. Ici, on demande aux gens de faire les « gestes barrières » mais 15% de la population n’a pas l’eau courante. On demande aux malades de s’isoler mais 30% des logements sont surpeuplés. C’est cela qu’il faut mettre en cause, pas le rapport des Guyanais à la vaccination.
Vous aviez remporté le premier tour lors des élections présidentielles 2017 en Guyane, est-ce que vous vous attendez à faire aussi bien l’année prochaine ici ?

J’espère faire mieux ! En 2017, mon score se situait dans la continuité d’un processus de révolution citoyenne en Guyane. Les Guyanais étaient excédés de la faillite des pouvoirs pour assurer les tâches les plus basiques de la vie en société : la sûreté, l’accès à l’eau potable, à l’éducation...