Une cité judiciaire et une prison dans la valise de la ministre
Soutenez la presse écrite et France-Guyane : >ABONNEZ-VOUS !
INFO FRANCE-GUYANE

Une cité judiciaire et une prison dans la valise de la ministre

Bernard DORDONNE
L'ancien site de l'Afpa, squaté et évacué par les forces de l'ordre le 19 décembre dernier, a été désigné comme futur site de la cité judiciaire de Cayenne (MG)
L'ancien site de l'Afpa, squaté et évacué par les forces de l'ordre le 19 décembre dernier, a été désigné comme futur site de la cité judiciaire de Cayenne (MG)

Du 1er au 4 septembre, la ministre de la Justice Nicole Belloubet, posera pour la première fois les pieds en Guyane. Elle va annoncer la mise en place de l'Accord de Guyane pour la justice. Elle sera accompagnée d'Annick Girardin, la ministre des Outre-mer.

« Je ne suis pas le père Noël. » Les Guyanais se souviennent de cette tirade prononcée par le président de la République Emmanuel Macron lors d'un discours à Maripasoula en octobre dernier. Ces propos qui avaient fait couler beaucoup d'encre ne devraient pas se retrouver dans la bouche de Nicole Belloubet, la ministre de la Justice qui sera présente dans le département du 1er au 4 septembre. En effet, lors de sa première visite en Guyane, la garde des Sceaux va annoncer la réalisation de trois projets : la construction d'un établissement pénitentiaire de 300 places à Saint-Laurent du Maroni pour un montant d'un peu plus de cent millions d'euros. Nicole Belloubet annoncera aussi la construction d'un tribunal de grande instance de plein exercice, toujours à Saint-Laurent, ainsi qu'un projet qui devrait faire l'unanimité des acteurs de la justice en Guyane : la construction d'une cité judiciaire qui doit raprocher sur un seul site les actuelles implantations judiciaires de Cayenne (TGI, TI, tribunal de commerce, acceuil des justiciables, conseil départemental d'accès au droit...). Une cité judiciaire réclamée depuis plusieurs années et attendue par les Guyanais depuis 2005, qui devrait coûter 100 millions