Nouveau massacre dans une prison
BRESIL

Nouveau massacre dans une prison

Les familles de détenus brésiliens continuent de pleurer leurs morts. Trente-et-un détenus ont été brutalement assassinés vendredi dans l'État de Roraima, un nouveau massacre dans une prison du nord du pays, cinq jours après le carnage de Manaus en Amazonie (56 morts).

Deux policiers dans l'enceinte de la prison Desembargador Raimundo Vidal Pessoa à Manaus (nord du Brésil), le 8 janvier 2017 © RAPHAEL ALVES (AFP)

Des policiers devant la prison Desembargador Raimundo Vidal Pessoa à Manaus (nord du Brésil), le 8 janvier 2017 © RAPHAEL ALVES (AFP)

Un précédent bilan établissait le nombre des morts à 33. Mais après l'examen des corps, les autorités ont revu le bilan à la baisse, l'établissant à 31 morts. Comme à Manaus, les victimes ont été décapitées, éviscérées, démembrées : un carnage survenu sur fond de guerre de gangs pour contrôler le marché de la cocaïne. Selon Uziel Castro, secrétaire à la justice de l'État de Roraima, le Pénitencier agricole de Monte Cristo (PAMC), situé près de Boa Vista, capitale de l'État de Roraima, accueille plus de 1 400 détenus, plus du double de la capacité normale. Une vidéo exclusive obtenue par l´AFP montre des prisonniers, la plupart en sous-vêtements, obligés d'évacuer eux-mêmes les corps hors de l'établissement vers les véhicules de l'Institut médico-légal.
Le 16 octobre, dix détenus avaient été tués dans cette même prison lors d'un affrontement entre factions rivales du crime organisé. Certains avaient aussi été décapités et brûlés vifs.
Par ailleurs, quatre détenus ont été assassinés (la plupart décapités), dimanche dans une autre prison de Manaus. Celle qui avait accueilli la semaine dernière, en urgence, quelque 300 prisonniers venants de trois prisons de la ville, dont celle où a eu lieu le massacre.
Jeudi, le gouvernement brésilien a annoncé les grandes lignes de son nouveau Plan national de sécurité, avec notamment la construction de prisons dans chacun des 27 États du pays ainsi que cinq nouveaux établissements fédéraux de haute sécurité;
Des policiers devant la prison Desembargador Raimundo Vidal Pessoa à Manaus (nord du Brésil), le 8 janvier 2017
Des policiers devant la prison Desembargador Raimundo Vidal Pessoa à Manaus (nord du Brésil), le 8 janvier 2017 • RAPHAEL ALVES (AFP)

Suivez l'info en temps réel
sur l'appli France-Guyane!

Télécharger