Écoles : Grève illimitée mardi 5 décembre
Enseignement

Écoles : Grève illimitée mardi 5 décembre

Roman Kosmider r.kosmider@agmedias.fr
Mobilisation devant le rectorat de Guyane mardi 5 décembre dès 7 heures

L'intersyndicale estime que l'entretien avec le recteur était "calamiteux". Ils appellent les professeurs à se mettre en grève dès demain dans tout le département jusqu'à ce que le rectorat accepte leurs revendications.

Le 22 novembre dernier, l'intersyndicale Unsa, FSU, Steg UTG, Sud Éducation annonçait un préavis de grève illimitée pour le 5 décembre si aucun accord n'était trouvé avec le recteur. Ils sont revenus aujourd'hui sur leur rencontre avec le recteur le 1er décembre. "Suite à notre journée de négociation du 1er décembre. L'administration fait preuve de beaucoup de mépris. Elle n'a pas eu le courage de mettre les choses à plat, ni de parler de la gestion des ressources humaines. Nous avons décidé de nous mettre en grève illimitée dès demain (mardi 5 décembre). Dès 7 heures, nous appelons l'ensemble de la profession à cesser le travail."

 

Un dialogue de sourds

L'intersyndicale est choquée de l'entretien avec le recteur. "C'est un dialogue de sourds", déplore Bruno Niederkorn du Syndicat UTG, et d'expliquer : "Le secrétaire général découvrait le document et nous a répondu pendant qu'il le découvrait. Quand nous disons qu'on ne traite pas correctement nos collègues, quand on dit qu'ils ne sont pas en prévision de l'ensemble de nos difficultés... Ils nous ont montré en direct devant nous qu'eux-mêmes faisaient ce que nous dénoncions. On est sorti de la réunion extrêmement énervés." Et de conclure "Nous disions la souffrance du personnel, eux disaient «on s'améliore.» "

Des classes sans professeurs

L'intersyndicale est revenue sur la souffrance du corps enseignant, mentionnant en outre les salaires de septembre qui ne sont pas versés alors que nous sommes en décembre, des remplaçants qui ne sont pas affectés alors que des classes n'ont pas de professeur, et des délais d'attente qui n'en finissent pas. Un des facteurs de cette mauvaise gestion des 9 000 personnes employées par le rectorat, "le premier employeur de Guyane" comme le rappelle Jaïr Suley de FSU Guyane, est qu'il y a 1 gestionnaire pour 600 professeurs. En essayant de comprendre l'origine du problème, l'intersyndicale est revenue sur l'origine du rectorat, fondé en 1996. Lorsque les postes ont été attribués en Guyane, toutes les démarches administratives ont été envoyées depuis la Martinique. Et depuis, ce serait toujours des fonctionnaires en Martinique qui attribuent les salaires en Guyane, la distance et le décalage horaire ne simplifient pas l'affaire.

L'intersyndicale déplore un "dialogue de sourd" avec le rectorat.
• Roman Kosmider

L'intersyndicale sera présente mardi 5 décembre dès 7 heures à :

 

  • Cayenne - rectorat
  • Kourou - mairie
  • Saint Laurent - Annexe du rectorat
  • Saint Georges - France Service
  • Maripasoula - place des fêtes

 

Après la réunion de ce matin, le maire de Rémire-Montjoly a annoncé la fermeture des écoles publiques pour mardi.

 

  • Jules MINIDOQUE
  • Elvina LIXEF
  • Saint-Ange MÉTHON
  • Michel DIPP
  • Jacques LONY
  • Parc Lindor

Suivez l'info en temps réel
sur l'appli France-Guyane!

Télécharger