Flying Whales : le dirigeable qui pourrait voler au-dessus de la Guyane d’ici à 2027
Soutenez la presse écrite et France-Guyane : >ABONNEZ-VOUS !
TRANSPORT

Flying Whales : le dirigeable qui pourrait voler au-dessus de la Guyane d’ici à 2027

Gaetan TRINGHAM (g.tringham@agmedias.fr)
Flying Whales, le dirigeable qui pourrait transporter 60 tonnes de marchandises au-dessus de la Guyane.
Flying Whales, le dirigeable qui pourrait transporter 60 tonnes de marchandises au-dessus de la Guyane. • ©FLYING WHALES

 La semaine dernière, la Collectivité territoriale de Guyane a rencontré des représentants de Flying Whales. Une société qui développe des dirigeables qui seraient capables de transporter jusqu’à 60 tonnes de charges autour du territoire guyanais. Le projet avance.

 Des dirigeables au-dessus de la Guyane. Les projets ambitieux de transport et de développement des routes sont nombreux sur le territoire, mais celui-ci attire une certaine attention. La société française Flying Whales conçoit des aéronefs - les « LCA60T » - capables de transporter 60 tonnes de matériaux. De quoi approvisionner de manière efficace différents sites isolés de la Guyane. Au moins 65 millions d’euros seraient nécessaires à sa mise en œuvre qui comprendrait notamment : la construction de la base, l’outillage et l’acquisition du dirigeable.

En octobre 2021, la Collectivité territoriale de Guyane (CTG) signait un premier accord de partenariat avec la société. Cette nouvelle rencontre ce 29 septembre 2022 a permis de dresser un point d’étape sur les avancées et besoins. Michèle Renaud, directrice Marketing et vente de Flying Whales a expliqué : « Nous avons mené une étude sur les volumes d’opérations et sur les besoins théoriques du territoire identifiés avec les acteurs publics et privés guyanais. » Ont été mis en avant la nécessité du transport d’engins et de matériaux de construction sur différents sites ; le transport de carburant ; l’acheminement de produits commerciaux en grande quantité ; la récupération des déchets et l’acheminement vers les centres de tri.

L’utilité du dirigeable pour le transport de matériel industriel tout comme pour l’activité du spatial ainsi que pour la logistique des Forces armées a également été évoquée. Ces nombreuses perspectives d’activités permettent à Flying Whales de voir déjà en grand : « Tout cela représente un potentiel d’activité très important, ce qui veut dire que nous avons de quoi largement occuper un premier dirigeable en 2027, un 2ème en 2029 et à terme, un 3ème également. »

« Un outil dont la Guyane a besoin pour désenclaver certaines zones »
La recherche du site d’accueil pour le 1er appareil est en cours. Géographiquement, il est prévu que son hangar soit basé entre Roura et Kourou et le 2ème dans l’Ouest.

Lors de ce nouvel entretien, la société a demandé à la CTG d'assurer un soutien pour : la recherche de partenaires locaux, l’attribution de fonds européens pour l’acquisition de l’appareil et l’aide à la coordination avec les différents acteurs publics. Gabriel Serville, a déclaré en retour : « La CTG par ma voix s’engage à être très attentive à la façon dont le dossier va évoluer pour que dans la mesure de nos moyens, nous soyons en capacité d’être une force de contribution très active sur ce projet, car il s’agit d’un outil dont la Guyane a besoin pour désenclaver certaines zones présentant un déficit d’infrastructures de transport. »

Et au-delà de proposer des tarifs « 15 fois moins chers à la tonne qu’un hélicoptère », la multiplication des dirigeables permettrait, à terme, de proposer jusqu’à 50 emplois en Guyane. Enfin, cette solution est relativement propre ! Ses émissions sont faibles grâce à "une propulsion hybride et bientôt entièrement électrique", peut-on lire sur leur site.