Ti-kolèj, une école, un monument
Soutenez la presse écrite et France-Guyane : >ABONNEZ-VOUS !
UN NOM, UNE HISTOIRE

Ti-kolèj, une école, un monument

Bernard MONTABO / Illustrations : Archives départementales de Guyane, Collections privées ] Archives France-Guyane

La plus célèbre école de Cayenne est incontestablement cet ensemble de bâtiments situé face au monument de la République, sur la place des Palmistes, et qui s’étend en fait jusqu’à la rue François-Arago.

 Comment l’appelle-t-on ? Tout le monde vous répondra instinctivement : « Ti Collège ». C’est là une de ses originalités, et non des moindres, car son histoire, elle- même liée à celle du développement de l’enseignement en Guyane, est comme un condensé de l’histoire de ce pays.

Les premiers bâtiments furent construits en 1845 sur l’habitation du sieur Hougel. À l’époque, l’école était dirigée par les frères de l’Ordre de Ploërmel et ne recevait que les enfants de colons, de mulâtres et de commerçants. À l’abolition de l’esclavage, en 1848, elle reçoit les enfants des affranchis.

En novembre 1854, un décret local instaure la gratuité de l’enseignement, mais le 25 juillet 1859, un nouveau décret impose une taxe mensuelle aux élèves. Finalement, les lois Jules Ferry instituent l’école laïque, obligatoire et gratuite. Les frères rentrent en France. En l’absence de cadres guyanais formés, on fait