Lasal Konvwé : un patrimoine menacé
Soutenez la presse écrite et France-Guyane : >ABONNEZ-VOUS !
TRADISYON

Lasal Konvwé : un patrimoine menacé

Marlène CLÉOMA, m.cleoma@agmedias.fr
Souvenir de réjouissances à lasal konvwé, chez Man Sérotte - © Archives France-Guyane
Souvenir de réjouissances à lasal konvwé, chez Man Sérotte - © Archives France-Guyane

Les salles konwvè sont en voie de disparition. Comment en est-on arrivé là ?

 Jadis, les Lasal Konvwé étaient des temples de la tradition créole où jeunes et anciens pouvaient se retrouver pour une nuit complète de folklore et ce jusqu’à l’aube, comme le veut la tradition. Si Lasal Man Sérotte (ndlr : Gisèle Gaillou Sérotte, dit Man Sérotte décédée en septembre 2015) est la plus emblématique de toutes, d’autres comme Lasal Ninise ou encore Chez Agarande ont eu leurs heures de gloire. Aujourd’hui, plus aucun de ces lieux, qui sont tous privés, n’organisent de bal kasékò. Problème de sécurité, salle pas aux normes, démêlés avec la justice, manque à gagner… Les raisons sont nombreuses, selon les différents acteurs de la tradition contactés par France-Guyane. Une infidélité aussi à Man Sérotte, la gardienne de la tradition, qui dans ses dernières volontés a voulu que la tradition perdure même après sa mort…