• Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr

Cayenne : une cérémonie pour commémorer l'abolition de l'esclavage

Elias HALILE-AGRESTI (e.halile-agresti@agmedias.fr) Mardi 10 Mai 2022 - 14h14
Cayenne : une cérémonie pour commémorer l'abolition de l'esclavage

Ce mardi matin, une cérémonie pour commémorer l'abolition de l'esclavage s'est tenue aux chaines brisées, à Cayenne. La maire de la ville - Sandra Trochimara - était présente, tout comme le préfet de Guyane - Thierry Queffelec.

C'est une courte cérémonie, rythmée par un depôt de gerbes, une marseillaise, et une minute de silence, qui a eu lieu ce matin à 11h, au pied du monument des chaînes brisées, à Cayenne. Une cérémonie qui s'inscrit dans le sillon de l'hommage national rendu partout sur le territoire français, aux victimes de l'esclavage et de la traite négrière. Madame la maire de Cayenne - Sandra Trochimara - était présente lors de cette cérémonie. Tout comme le préfet de Guyane - Thierry Queffelec, ainsi que le recteur de l'académie - Alain Ayong Le Kama -, ou encore le nouvel evêque de Guyane - Alain Ransay.

Un symbole important

Pour l'édile de Cayenne - Sandra Trochimara - cette cérémonie est certes symbolique, mais nécessaire : "En tant que municipalité, nous répondons présent chaque année. C'est un moment important à titre personnel également, puisqu'au jardin botanique de Cayenne, on peut retrouver le nom de mes ancêtres qui furent des esclaves libérés. C'est donc une partie de l'histoire de nombreux cayennais, et de nombreux guyanais, que nous commémorons aujourd'hui. Il nous revient, notamment à travers ces cérémonies, de faire vivre ce souvenir et cette mémoire. C'est aussi pour celà que nous allons prochainement réhabiliter ce lieu symbolique, qu'est le monument des chaînes brisées. "



Même son de cloche pour l'êveque de Guyane, Alain Ransay : "La question de l'esclavage est une question majeure, qui a profondément marqué les Antilles-Guyane. Il y a un travail de guérison qui se fait par la mémoire, et c'est pour ça que c'est important d'être là aujourd'hui, ensemble. C'est une forme de catharsis, qui nous permet, grâce à ce processus mémoriel, de regarder l'histoire en face, de façon sereine, et d'en tirer les enseignements.



Le préfet de Guyane - Thierry Queffelec - a également salué la tenue de cet événement : "C'est une journée nationale forte en symbole, avec la présence de nombreux officiels, tel que la maire de Cayenne Sandra Trochimara, la sénatrice Marie-Laure Phinéra-Horth, ou encore monsieur le recteur Alain Ayong le Kama. C'est un moment important, qui concerne la jeunesse, qui interroge sur la condition et la dignité humaine, et plus généralement sur le rapport entre les Hommes. On ne peut pas oublier ce qui a été fait, et c'est en enseignant cette histoire à notre jeunesse, que nous pourrons aller de l'avant."



A noter que la journée guyanaise pour la commémoration de l'abolition de l'esclavage aura lieu le 10 juin.

Pour en savoir plus :

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire
Sur le même thème
1 commentaire
Sortir

La 1ere édition de "Roots N Kulcha" en images

Photos : dayfe_photographe_973 - Mardi 10 Mai 2022

A la une
1 commentaire
1 commentaire