Nana, Akouman ?
Soutenez la presse écrite et France-Guyane : >ABONNEZ-VOUS !
CARNAVAL 2022

Nana, Akouman ?

MINOS

Le Soleil Levant s’apprête à ouvrir samedi. Pour animer les soirées, une nouvelle formation sur le podium qui n’est pas inconnue : Akouman.

Signature du contrat entre Nana et Akouman © OMR - Ruddy Maurice

© Minos

© OMR - Ruddy Maurice

Mika © OMR - Ruddy Maurice

© OMR - Ruddy Maurice

© Minos

© Minos

 Jeudi soir sur le coup de 20h, au bout du chemin de Saint-Martin entre Montjoly et Cayenne, quelques voitures stationnées et un studio insonorisé. On entrouvre la porte vitrée, et à l’intérieur un son qui se dégage derrière une répétition studieuse. Une douzaine de musiciens, masque sur le visage, répète un des grands succès du carnaval. La poitrine floquée sur le tee-shirt. « Akouman chez Nana ».

À quarante-huit heures de l’ouverture du Soleil Levant et depuis le mois d’août, le groupe dirigé par Polony Prosper fait ses gammes.

Si certains musiciens sont déjà connus, comme le chef d’orchestre et le bassiste qui font un retour sur les lieux après avoir évolué avec les Mécènes dans les années 1990, de nouveaux visages jeunes sont une découverte. Akouman, c’est surtout une large représentation féminine et pas seulement au chant. Au trombone Laurence, et à la percussion Coumali Doriane. Quand le gestionnaire de Nana est venu leur proposer les salons de Nana : « cela ne se refuse pas » dixit Counali Jean-Baptiste le guitariste.

Pour certains l’ensemble peut sembler être un inconnu. Et pourtant depuis vingt-trois ans au gré des allées et venues, la formation est toujours restée active avec de nombreuses animations dans des établissements divers.
Une section cuivre déjà au point
Un nouveau défi se présente pour Akouman et le groupe est motivé pour le relever malgré le contexte sanitaire ; « nous le savons et nous y sommes préparés, poursuit Prosper Polony. Notre répertoire sera celui qui est lié au carnaval et d’une tradition bien de l’établissement ». 

Philippe Alcide-Dit Clauzel avoue avoir auditionné plusieurs formations. Samedi soir, certains feront leurs premières notes chez Nana avec certes un peu de pression, mais beaucoup de motivation. Le temple du carnaval attend les premières messes musicales d’Akouman. A lui de se créer un chemin et comme disait un des membres, « nous ne sommes pas le quatrième mousquetaire, mais D’Artagnan ! ». Tout un programme pour un coup de rein qui à la sortie beaucoup demanderont : A Kouman, y té bon ?

 
 
La formation d’Akouman

Prosper Polony Sax alto ténor
Nickson Sax Alto
Castro trompette
Laurence Castro trombone
Max Jourson piano
Counali Jean-Baptiste guitare
Fidèle Jean-Claude guitare basse
Counali Doriane percussions
Karl Gros Désormaux chant
Frantz Delius chant
Mika chant
Polony Jocelyne chant
Dizoute José percussions
Compas Sylvain batterie
Clet Léo batterie

Le bureau
Simon Joséphine Présidente
Courat Sandrine Secrétaire
 
 
• EXTRAIT DES RÉPÉTITIONS


Sur le même sujet