L'intersyndicale trouve un accord avec le recteur
Education

L'intersyndicale trouve un accord avec le recteur

La rédaction avec Samuel Zralos
L'intersyndicale devant le rectorat de Cayenne
Rectorat Intersyndicale • ROMAN KOSMIDER

En début d'après-midi, le recteur a trouvé un accord avec l'intersyndicale des enseignants. Ces derniers étaient en grève depuis ce matin. Le rectorat était bloqué et des écoles n'ont pu ouvrir. 

La grève des enseignants se déroule comme annoncée. Les syndicats concernés avaient prévu de se retrouver à Cayenne, Kourou, Saint Laurent, Saint Georges et à Maripasoula.

L'intersyndicale devant le rectorat de Cayenne
Rectorat Intersyndicale • Roman Kosmider

Devant le rectorat, des barrières ont été installées devant la grille avant 7 heures ce matin. L'intersyndicale s'est ensuite réunie avec le recteur dès 11 heures pour trouver une solution. Les négociations se sont terminées en début d'après-midi.

Le recteur a accepté la demande des syndicats. Pour les trois prochains mois, la Directrice des Ressources Humaines, l'IA-DASEN et le Sécrétaire Général seront mis de côté. Les enseignants communiqueront ainsi directement avec le recteur à travers leurs organisations.

L'accord a été signé un peu avant 15 heures. L'intersyndicale est satisfaite de cette "grande avancée et de cette écoute".

Signature du protocole de fin de conflit
• DR

Le jour de grève sera payé car jugé comme "légitime". Le rectorat a été libéré par les syndicats cet après-midi après la signature du protocole.

 

De son côté le rectorat a annoncé : "Le recteur se félicite que des solutions aient pu être trouvées rapidement, permettant ainsi le retour en classe de tous les élèves en Guyane."

Ils précisent que les discussions de cet après-midi se sont déroulées sur quatre axes :

  1. Organisation de la gestion des ressources humaines
  2. S'engager dans une démarche de progrès
  3. Mieux prendre en compte les réalités territoriales de notre académie
  4. Suivi et évaluation des actions

 

 

 

Les enseignants manifestent devant l'annexe du rectorat, à Saint-Laurent du Maroni, le 5 décembre 2023.
Les enseignants manifestent devant l'annexe du rectorat, à Saint-Laurent du Maroni, le 5 décembre 2023. • Samuel Zralos

A Saint-Laurent, l'ambiance était différente ce matin.

Une quarantaine de professeurs se sont rassemblés ce matin devant l'annexe du rectorat de Saint-Laurent du Maroni, pour dénoncer de multiples problèmes avec le rectorat de Guyane. 

Pas de blocage, contrairement à Cayenne, mais un simple rassemblement ce matin à Saint-Laurent du Maroni, lors de la grève nationale de l'éducation nationale. Les enseignants se sont rassemblés petit à petit, à partir de 7h, devant l'annexe du rectorat. A l'appel de l'intersyndicale, qui a déposé un préavis de grève illimitée, ils dénoncent une " administration pas intéressée par la discussion avec les syndicats ". 

" On a un recteur qui s'auto-satisfait de son travail, qui dit qu'il fait des exploits, alors qu'il ne règle pas les problèmes ", dénonce Anaelle Metzger, du Steg-UTG. " Il y a des problèmes de manque d'accès aux services qui ont un impact sur les enseignants ", abonde Benoît Gendron, du Snes-FSU.

" ça met des mois "

" Concrètement, quand un professeur contractuel n'est pas payé pendant trois mois, comment il paye son loyer ? " demande le syndicaliste. " Pareil pour les congés longue maladie ", une question qui l'a concerné cette année pour un problème au pied, " ça met des mois ". Le militant réclame une " simplification des démarches administratives ", ne serait-ce que pour que les personnels de l'éducation nationale puissent reprendre rapidement le travail avec un certificat médical d'aptitude, dans une académie où " il y a des classes sans enseignants ". 

" Que les textes réglementaires soient respectés "

" Au niveau des contractuels, on demande que les textes réglementaires soient respectés au niveau de leur salaire. Le texte de 2016 n'est pas respecté en Guyane, l'ancienneté des salariés n'est pas prise en compte " reprend sa camarade du Steg-UTG. " On nous a sorti que les textes de loi réglementaires ne s'appliquent pas en Guyane, qu'il y a une politique spécifique, ce qui est complètement illégal ", dénonce-t-elle. Plus généralement, Anaelle Metzger et l'intersyndicale réclament " une réorganisation " du rectorat, " qu'ils revoient leur fonctionnement en interne ". Actuellement, explique-t-elle, " la DRH fait le travail de tous les chefs de service, une personne pour tout gérer ça n'est pas possible ".

Suivez l'info en temps réel
sur l'appli France-Guyane!

Télécharger