2017 : 20 000 frè pou roun sèl briga
Soutenez la presse écrite et France-Guyane : >ABONNEZ-VOUS !
DANS NOS ARCHIVES

2017 : 20 000 frè pou roun sèl briga

Marlene CLÉOMA, m.cleoma@agmedias.fr

Le 28 mars 2017 restera dans les annales de l’histoire de la Guyane. Ce jour qualifié « d’historique » 20 000 personnes sur l’ensemble du territoire marchaient pour dénoncer l’insécurité, la morosité économique et le sentiment d’abandon du territoire.

© © Archives France-Guyane

26 mars, les Guyanais posent les revendications sur la table

Une mobilisation historique

Des mesures d’urgence pour sortir de la crise -

Jeudi 23 mars, des barrages sont dressés dans tout le département. La Guyane est bloquée

Le mardi 4 avril, seconde marche. Cette fois-ci, en direction du CSG où une quarantaine de membres des collectifs passeront la nuit

Durant tout le premier week-end de conflit, la délégation et les 500 Frères se croisent. Sans qu’il y ait de négociation

Mardi 18 au soir, coup de théâtre - Mikaël Mancée, figure emblématique et charismatique du mouvement, se retire en raison de son opposition aux barrages

 Un moment d’exception. Il y a pile cinq ans, la population guyanaise se levait à l’unisson, dans toute sa diversité, pour clamer haut et fort « Nou gon ke sa ! ». Par « sa » comprenez les maux de la Guyane - les mêmes depuis des lustres - : l’insécurité, le chômage, la vie chère, la désertification médicale, l’éducation