Les agriculteurs n’en peuvent plus
Soutenez la presse écrite et France-Guyane : >ABONNEZ-VOUS !
AGRICULTURE

Les agriculteurs n’en peuvent plus

Gérôme GUITTEAU, g.guitteau@agmedias.fr
Trois suicides ont récemment touché le secteur agricole. Entre retards de financements, démarches administratives « anxiogènes » et accusations de clientélisme, la détresse des agriculteurs guyanais interpelle.
Trois suicides ont récemment touché le secteur agricole. Entre retards de financements, démarches administratives « anxiogènes » et accusations de clientélisme, la détresse des agriculteurs guyanais interpelle. • GT

Trois suicides, dont deux en un mois secouent le monde agricole et au-delà la société guyanaise. Alors que la souveraineté alimentaire constitue l’objectif de chaque exécutif guyanais depuis au moins Antoine Karam, président de Région, la détresse des agriculteurs interpelle.

Trop vieux, pas assez d’expérience, en couple, pas de diplôme, pas d’activité principale... Les raisons des refus d’accès au foncier agricole par la commission d’attribution foncière (Caf) sont peu nombreuses mais répétés.

 

La dernière caf de août 2022 a apporté son lot de scandales relayés par le président de la Safer (Société d’aménagement foncier et d’établissement rural), Christian Epailly et l’association Trop’Violans. Ces deux derniers ont ainsi organisé une tournée d’Ouest en Est afin de rencontrer les paysans mais aussi de sensibiliser la population au désœuvrement de la profession.


A Cayenne, en octobre, dans l’amphithéâtre de la Chambre de commerce et d’industrie un homme se lève, de petite taille, le corps sec et musclé, le crâne chauve brille sous les lumières. « Je suis agriculteur et d’après la préfecture, trop vieux pour l’être », s’exclame Vang Chao, 55 ans. Clairement, l’agriculteur d’origine Hmong ne fait pas son âge, l’effet renforce l’idée d’une décision absurde de la Caf.


« Je tiens à dire que depuis...