Une campagne transfrontalière de dépistage du VIH sur l'Oyapock
Soutenez la presse écrite et France-Guyane : >ABONNEZ-VOUS !
SANTE SEXUELLE

Une campagne transfrontalière de dépistage du VIH sur l'Oyapock

G.T. (g.tringham@agmedias.fr)
Oiapoque, coté brésilien du fleuve de l'Oyapock
Oiapoque, coté brésilien du fleuve de l'Oyapock • GT

Du 12 au 22 septembre, une campagne transfrontalière de dépistage du VIH, du VHB et du VHC est organisée sur l'Oyapock entre Saint-Georges et Oiapoque. Cette opération fait suite à un constat d'"augmentation inquiétante des dépistages positifs" sur les deux rives.

Les chiffres de l'ARS le réaffirment, la Guyane est le département français le plus touché par le VIH avec un taux d’incidence de 0,90 pour 1 000.

"Avec la crise sanitaire liée au Covid-19, les possibilités d’actions de prévention et de dépistage en santé sexuelle ont été limitées", déplore IDsanté qui coordonne, entre autres, l'opération de dépistage.

Depuis plusieurs mois, dans le cadre du projet Oyapock Coopération Santé, "nous constatons une augmentation inquiétante des dépistages positifs au VIH sur les rives brésiliennes et guyanaises", écrit l'association qui constate également que : 

- A Oiapoque, au Brésil, une action de dépistage début 2022 a conduit à 7 découvertes de séropositivité pour 40 tests effectués.
- A Saint-Georges de l’Oyapock, 13 personnes ont été dépistées positives au premier semestre 2022, dont 9 en stade sida.
- A Camopi, commune jusque-là préservée du VIH, 2 personnes ont été diagnostiquées positives.

Dans ce contexte, il apparaissait donc évident de réaliser un état des lieux de la siutation vis-à-vis du VIH des deux cotés du fleuve frontalier de l'Oyapock. Le Centre hospitalier de Cayenne, l’association brésilienne DPAC Fronteira et les association françaises D.A.A.C Guyane et IDsanté coordonnent l'opération.

Les instances en profiteront également pour dresser un état des lieux de la situation vis-a-vis du VHB et du VHC (les virus de l'hépatite B et C).

"L'objectif est double", affirme encore IDsanté : "Dépister et traiter simultanément les habitants du bassin de l’Oyapock. Et obtenir des données objectives de la situation du VIH à la frontière franco-brésilienne."

Près de 40 personnes seront mobilisées au cours de ces 11 jours d’action. À Saint-Georges, le dépistage prendra place dans plusieurs quartiers différents chaque jour. Et en parallèle des actions dans les quartiers, le dépistage sera proposé dans toutes les structures de soin, et ce, sur les deux rives.