Plan de relance : « sans les Collectivités, ce sera voué à l’échec »
Soutenez la presse écrite et France-Guyane : >ABONNEZ-VOUS !
GOUVERNEMENT

Plan de relance : « sans les Collectivités, ce sera voué à l’échec »

Propos recueillis par François-Xavier GUILLERM

Sébastien Lecornu, le nouveau ministre des Outre-mer, a accordé une interview à France-Antilles/France-Guyane pour se présenter et donner quelques lignes de sa feuille de route.

Que représentent les Outre-mer pour vous ?
"Dans la vie, il y a parfois des hasards. En ce qui concerne ma nomination, je crois qu’il n’y en a pas : j’ai toujours eu une passion pour les territoires d’Outre-mer. Lors de la passation de pouvoir, j’ai donné une explication de cœur. Quand on est amoureux, il n’y a pas forcément d’explication rationnelle. Je me sens bien en Outre-mer et j’y ai toujours eu beaucoup d’amis proches, et ce depuis le collège et le lycée chez moi à Vernon dans l’Eure. Et puis, quand j’ai commencé à faire de la politique, j’ai vu le caractère enthousiasmant - mais aussi complexe ! - des Outre-mer. Enthousiasmant parce que ça ouvre à tous les horizons du monde, à une histoire passionnante, mais aussi parfois douloureuse. Et puis, complexe, car il y a la réalité de la vie quotidienne en outre-mer : les questions de transport, de vie chère, d’emplois et de préservation de la nature face au dérèglement climatique…

Quand on aime la République et la politique, au sens noble du terme, on aime l’Outre-mer. J’ai profondément envie de me battre pour améliorer les choses : soit pour mieux les protéger - la culture de chaque territoire, ou la nature par exemple - soit pour les faire évoluer. Selon les cas, cela peut passer par des questions institutionnelles mais surtout par les questions économiques et d’emploi. Pour toutes ces raisons de sensibilité personnelle, j’ai la fibre outre-mer. Après, je ne suis pas un ultramarin, donc je n’ai pas la prétention de connaître ce qu’un Ultramarin peut connaître. Je formule donc avec humilité une requête en adoption auprès