Wender Karam veut être « un député de combat »
Soutenez la presse écrite et France-Guyane : >ABONNEZ-VOUS !
LÉGISLATIVES 2022

Wender Karam veut être « un député de combat »

Propos recueillis par Samuel ZRALOS
"Je suis pour un statut nouveau, à discuter avec la CTG et les mairies"
"Je suis pour un statut nouveau, à discuter avec la CTG et les mairies" • DR

C'est officiel, Wender Karam sera le candidat du Parti Socialiste Guyanais dans la deuxième circonscription lors des élections législatives de cette année. Il se confie sur son programme et ses envies auprès de France-Guyane.

Vous vous présentez aux élections législatives de juin, que porte votre candidature ?

La priorité c'est la sécurité, il y a un vrai sentiment d'insécurité sur ce territoire, qui crée des paralysies économiques, entrepreneuriales. Ça empêche la Guyane d'être un cœur économique, d'être attractive.

Malgré ce discours sur la répression, mon ADN c'est le bien-être des citoyens. Nous portons aussi tout un volet préventif qui s'axe surtout sur le développement économique du territoire. Les suppôts de Macron n'ont pas fait le travail : on est officiellement 400 000, avec le taux de chômage le plus élevé en Europe. Il y a un véritable problème à ce niveau, qu'il faut prendre à bras le corps.

Enfin, je veux aussi parler beaucoup des lenteurs administratives. Ça aussi c'est un problème à prendre à bras le corps. Le député a un très grand rôle dans le rapport entre le gouvernement et les problèmes des Guyanais. On ne peut plus accepter qu'on lacère notre dignité : ça fait des années qu'on demande une route pour Maripasoula, des formations, un hôpital sur le Haut-Maroni.... Rien n'est fait. Ce qu'il faut c'est un député qui ait l'oreille des élus et l'appui de la population.

Il faut traiter les causes - les problèmes économiques - et les conséquences.
Que proposez-vous pour l'économie locale, justement