Davy Rimane et Jean-Victor Castor rejoignent la gauche démocrate et républicaine
Soutenez la presse écrite et France-Guyane : >ABONNEZ-VOUS !
Politique

Davy Rimane et Jean-Victor Castor rejoignent la gauche démocrate et républicaine

Gérôme GUITTEAU ; g.guitteau@agmedias.fr
Jean-Victor Castor et Davy Rimane formeront un binôme même si les deux députés ne partagent pas intégralement les mêmes modes d'action. Le premier veut sensibiliser les juridictions internationales au manquement de la France en Guyane. Les deux siègeront dans la gauche démocrate et républicaine.
Jean-Victor Castor et Davy Rimane formeront un binôme même si les deux députés ne partagent pas intégralement les mêmes modes d'action. Le premier veut sensibiliser les juridictions internationales au manquement de la France en Guyane. Les deux siègeront dans la gauche démocrate et républicaine. • G. GUITTEAU

Les deux nouveaux députés de Guyane ont choisi leur groupe parlementaire pour la mandature à venir. Il s'agit du groupe communiste : GDR.

Malgré le soutien de La France insoumise lors des élections, Davy Rimane a choisi de rejoindre l'ancien groupe parlementaire de Gabriel Serville, la gauche démocrate et républicaine (GDR).
Sous ce nom, ce sont les députés membres du parti communiste français qui se rassemblent. N'étant pas assez nombreux, ils ont fait appel à des députés ultramarins lors de la dernière magistrature. Rebelote cette fois-ci.
Le groupe s'agrémente de sept membres supplémentaires. Ils seront donc 22 dont le plus jeune député du palais Bourbon en la personne de LE GAYIC Tematai, élu polynésien indépendantiste.
En tout, dix députés ultramarins sont présents chez GDR : les trois indépendantistes polynésiens, trois Réunionnais, deux Martiniquais et nos deux députés.
GDR est un groupe partisan de la Nouvelle union populaire écologiste et sociale.
L'ancienne ministre Marie-Georges Buffet siégeait à la commission des lois. Elle ne s'est pas présentée à cette magistrature. Une place est donc libre, elle pourrait être occupée par Davy Rimane. C'était son objectif mercredi, avant de rejoindre Paris, jeudi.
La volonté de construire un mandat en symbiose, de parler d'une seule voix se concrétise donc par cette admission commune de Jean-Victor castor et de Davy Rimane, à un groupe d'opposition qui avait valu à Gabriel Serville une certaine capacité d'expression au sein de l'Assemblée Nationale.