Thibault Lechat-Vega : « Il faut parler d’une seule voix »
Soutenez la presse écrite et France-Guyane : >ABONNEZ-VOUS !
LÉGISLATIVES 2022

Thibault Lechat-Vega : « Il faut parler d’une seule voix »

Propos recueillis par Elias HALILE-AGRESTI, e.halile-agresti@agmedias.fr

Thibault Lechat-Vega, troisième vice-président de la CTG délégué à l’Europe, se présente dans la 1ère circonscription en vue des prochaines élections législatives de juin. Une première pour cette figure de la majorité territoriale, qui a travaillé dix ans à l’Assemblée Nationale, aux côtés de Gabriel Serville. Investi par le mouvement Péyi Guyane, en compagnie de sa colistière Aissatou Chambaud, il se livre sur les raisons de cette candidature. Entretien.

Pourquoi vous lancer dans cette campagne législative ?

Le déclic a été de voir que nous avons l’opportunité d’envoyer un représentant qui soit un vrai relai de l’action territoriale, à l’Assemblée Nationale. Cette capacité à parler d’une seule voix, c’est ce qui nous a souvent manqué.

C’est donc une opportunité de faire avancer les grands dossiers, notamment en ce qui concerne l’évolution statutaire. Parce que si nous avons mis tant de temps à en dessiner les contours, c’est bien parce que nous avons eu du mal à parler d’une seule voix ces dernières années. J’ai travaillé pendant dix ans au palais Bourbon, et croyez-moi, je sais de quoi je parle.
Quelles seront les priorités de votre mandature ?

La première mesure sera de demander une mission d’urgence sur le suicide des jeunes amérindiens. C’est un drame humain insoutenable qui a lieu sur le territoire. Un rapport a été rendu il y a sept ans sur cette question, préconisant 37 mesures. Aujourd’hui, où en sommes-nous ? Il faut faire la lumière sur cette question, c’est une action nécessaire pour les populations de l’intérieur qui se sentent bien souvent oubliées de la République.