Jugé aux assises pour empoisonnement, viols et séquestration
Soutenez la presse écrite et France-Guyane : >ABONNEZ-VOUS !
GUYANE

Jugé aux assises pour empoisonnement, viols et séquestration

Samir MATHIEU
La cour d'assises où se tient le procès des auteurs du braquage de la famille Louison. Me Muriel Prévot en médaillon (BD)
Le verdict est attendu vendredi pour ce premier procès aux assises de la rentrée judiciaire. • DR

 La 9e session des assises de la Guyane s'est ouverte ce mardi avec un procès où l'accusé est jugé pour le crime d'empoisonnement et pour deux viols, envers sa compagne, qui avait 15 ans au moment des faits. Des faits qui remontent à décembre 2017.

 Un procès pour empoisonnement, viols et séquestration a démarré ce mardi en ouverture de la 9e session d'assises de Guyane de l'année. Le procès a démarré avec un jour de retard car lundi, il manquait bon nombre de jurés. Seuls 15 jurés sur 40 convoqués avaient fait le déplacement pour cette session d'assises. Ce mardi, le nombre de jurés étaient suffisant et donc le procès a pu démarrer. 

Une fois n'est pas coûtume, ce procès ne traite pas d'un meurtre ou d'un assassinat, mais d'un empoisonnement et de séquestration  et viols. Les faits présumés remontent au mois de décembre 2017 et se déroulent en deux temps. Le 12 décembre 2017, une jeune femme de 15 ans porte plainte à la gendarmerie de Saint-Laurent pour deux viols qu'elle affirme avoir subi dans la journée de la part de son ex-compagnon, père de leur bébé de deux mois. Trois jours plus tard, l'ex-compagnon se rend à la PMI (Protection maternelle et infantile) de Saint-Laurent. Il entre sous une fausse identité et se rend dans la pièce où se trouve la mère de son enfant et l'asperge et tente de la forcer