La sentinelle et le microscope
Soutenez la presse écrite et France-Guyane : >ABONNEZ-VOUS !

La sentinelle et le microscope

T. F.
Valério Cipolla, responsable du satellite Microscope, explique les missions de ce dernier (TF)
Valério Cipolla, responsable du satellite Microscope, explique les missions de ce dernier (TF)

Le 22 avril, le lanceur russe Soyouz décollera avec à son bord six satellites, parmi lesquels le Sentinelle-1B et Microscope. Deux merveilles de technologie que leurs concepteurs ont accepté de nous décrire, non sans passion, depuis la salle d'assemblage du centre spatial.

Pénétrer dans la salle blanche est un privilège réservé de façon quasi exclusive aux initiés. Aux scientifiques et physiciens, principalement. Pour une raison simple en réalité. La salle blanche est le lieu dans lequel sont peaufinées les dernières étapes de l'assemblage des satellites. Une entreprise profondément minutieuse qui ne souffre d'aucune perturbation, d'aucun parasite. Par conséquent, c'est sur la pointe des pieds, vêtu d'une charlotte en tissu sur la tête et d'une large combinaison verte que nous avons été invités à investir l'une des immenses salles de « montage » du centre spatial.
L'objet de la visite est de découvrir deux des six satellites qui vont être mis sur orbite par le lanceur russe Soyouz le 22 avril. Deux merveilles de technologie