France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
Politique

Suriname : le VHP de Chandrikapersad Santokhi en tête, la défaite du NDP de Desi Bouterse presque acquise…

Stéphane HESPEL Mardi 26 Mai 2020 - 07h45
Suriname : le VHP de Chandrikapersad Santokhi en tête, la défaite du NDP de Desi Bouterse presque acquise…
Le bureau centralisateur à Paramaribo, hier. En médaillon, Chandrikapersad Santokhi, président du VHP et nouvel homme fort du paysage politique. Son parti décroche 20 sièges de députés sur les 51 du parlement. Une alliance avec d'autres partis sera nécessaire pour obtenir une majorité absolue. - Photos DR

Le parti au pouvoir, le NDP, ne recueille pour le moment que 47 938 voix et obtiendrait seulement 16 sièges sur 51 au parlement. Tandis que le parti d'opposition, le VHP, à qui l'accès à la présidence semblerait promis en août, en faisant alliance avec d'autres partis, totalise 84 288 voix et 20 sièges de députés. 

Les résultats recueillis peu avant midi donnaient le parti principal d'opposition VHP, présidé par Chandrikapersad Santokhi, en tête. Et annoncaient la défaite du NDP, le parti du président Bouterse. L'ancien dictateur avait récupéré le pouvoir par les urnes il y a maintenant 10 ans (Lire notre archive ici). Le VHP est pour le moment devant en termes de voix (84 288), un peu moins en sièges (20 contre 16 au NDP sur les 51 sièges au parlement) du fait du système électoral particulier de nos voisins. Une majorité nette ne se détache donc pas pour le moment. Le VHP devra composer avec d'autres partis pour réussir à obtenir cette majorité. Mais l'élection du président, qui sera investi le 13 août, ne semblerait plus devoir échapper au VHP.
Premières rumeurs sur les résultats
Le dépouillement n'est pas encore terminé que des rumeurs circulent déjà sur la possible inversion des résultats de Paramaribo… Les équipes seraient trop fatiguées pour continuer leurs décomptes aujourd'hui et poursuivraient leur travail demain… " La mission de l'Organisation des États Américains (OEA), invitée en tant qu'observateur de ces élections, qui devait partir demain, devrait prolonger son séjour… ", nous indiquait il y a quelques minutes l'ambassadeur de France au Suriname, Antoine Joly.
La fin d'une immunité ?
Ces premiers résultats annonceraient, s'ils sont confirmés, la fin de la vie politique de Desi Bouterse. Le président, qui, à 74 ans, briguait un troisième mandat, avait été condamné l'an dernier à 20 ans de prison pour l'exécution d'opposants en 1982 (Lire notre archive ici). En 2000, il avait déjà été condamné par contumace à une peine de 11 ans de prison, prononcée par un tribunal des Pays-Bas pour trafic de cocaïne international. Son poste lui procurait jusqu'à maintenant une immunité, et l'homme fort du Surinane évitait soigneusement de sortir de son pays sauf pour se rendre dans une région amie comme le Vénézuéla et Cuba…

Vers 3 heures ce mardi matin, les premiers dépouillements donnaient la faveur des pronostics, dans certaines régions, à Chandrikapersad Santokhi, président du VHP. Députés, représentants de districts et conseillers municipaux. Pas moins de 934 élus ont été désignés par la journée d'élection qui s'est déroulée hier. Jusqu'à présent, le NDP (parti du président Bouterse) détenait la majorité au parlement pour un seul petit siège, soit 26 des 51 sièges.
Quelques irrégularités
Selon les derniers éléments recueillis, l'élection s'est déroulée sans heurts particuliers. Quelques irrégularités ont été observées comme la découverte dans certains bureaux de mauvais bulletins. De fait, il a fallu rappeler les électeurs dans 3 bureaux pour qu'ils puissent revoter. La clôture des bureaux a été prolongée de deux heures. D'autres bureaux n'ont pas ouvert à l'heure. Et certains votants avaient oublié de se munir de leur pièce d'identité. Des bus auraient aussi été affrêtés pour faire voter des personnes inscrites dans un district mais n'y habitant pas.

• Suivez l'information sur francecguyane.fr

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
1 commentaire

Vos commentaires

Garimpo 26.05.2020

Alors? loi d’amnistie, guerre civile, coup d’état ou fuite du bandit ?

Répondre Signaler au modérateur
Sur le même thème
1 commentaire
A la une