France Ô, écran noir
Soutenez la presse écrite et France-Guyane : >ABONNEZ-VOUS !

France Ô, écran noir

FXG

Les opposants à la fermeture de la chaîne craignent une invisibilisation des Outre-mer. Quant à la plateforme numérique outre-mer de France TV, personne n’a encore vanté ses audiences.

Le 23 août est la Journée internationale du souvenir de la traite négrière et de son abolition. C'est cette date, ce jour, que le ministère de la Culture a choisi pour fermer France Ô. Et c’est ce même jour que ses défenseurs organisent un baroud d’honneur, une ultime manifestation de protestation. La dernière en date, le 2 août dernier n’avait guère mobilisé de foule, ce qui n’a bien sûr pas servi la cause. La pétition lancée par le collectif « Sauvons France Ô » a rassemblé environ 100 000 signatures. La députée LREM Aurore Berger qui visait un secrétariat d’État à l’audiovisuel au sein du ministère de la Culture a bien tenté de la défendre en interrogeant la ministre de la Culture, Roselyne Bachelot, sur la fermeture de France Ô et France 4. La ministre ne lui a pas répondu sur France Ô et c’est le 4 août qu’elle a, via un communiqué de presse, « confirmé, au terme du plein déploiement du pacte de visibilité pour les Outre-Mer, l’arrêt de la chaîne France Ô à compter du 23 août ».

Il faut dire que Babette de Rozières,