Jean-Pascal Zadi : «Nous ne sommes que des êtres humains»
Soutenez la presse écrite et France-Guyane : >ABONNEZ-VOUS !

Jean-Pascal Zadi : «Nous ne sommes que des êtres humains»

Propos recueillis par FXG

Le film de Jean-Pascal Zadi, « Tout simplement noir », sort ce mercredi dans les salles en France. En attendant que les cinémas guyanais rouvrent leurs portes, nous avons rencontré le réalisateur qui pose avec humour la question : qu’est-ce qu’être Noir et Français aujourd’hui ?

Vous attendiez-vous à l’événement que provoque la simple annonce de la sortie de votre film ?
Pas du tout ! J’ai commencé à écrire ce film en 2015 parce que je voulais raconter ma condition de Noir et de Français. Il y a tellement peu de trucs qui décrivent cette condition… Je ne voulais pas faire un film politique et, avec les événements, c’est devenu politique.
L’humour est donc aussi un vecteur politique ?
Bien sûr ! L’humour est un très bon vecteur mais pas que pour la politique, pour tout ! L’humour permet de faire passer des messages à condition que ce soit fait de manière intelligente. C’est ce que nous avons essayé de faire avec « Tout simplement noir ». On avait un message à faire passer, une question à poser : qu’est-ce que c’est le communautarisme ? qu’est-ce que c’est d’être Noir et Français ? On avait tout ça à mettre sur la table et après, on a essayé de le dire de façon marrante.
La plupart des acteurs du film jouent leur propre rôle, comment avez-vous fait votre casting ?
Il y avait un axe narratif principal avec le héros qui veut organiser une marche et, à l’intérieur de cet axe, il y a des thématiques que l’on a voulu aborder, parmi celles-ci le fait d’être une artiste noire qui joue avec les clichés pour Claudia Gbagbo, le métissage pour Eric Judor… On a choisi les thématiques et après, on a inséré les comédiens, on n’a pas fait l’inverse.
On les a choisis en fonction de ce qu’ils avaient à défendre.