Pourquoi ils s'implantent des dominos dans le pénis
Soutenez la presse écrite et France-Guyane : >ABONNEZ-VOUS !

Pourquoi ils s'implantent des dominos dans le pénis

S.R., A.V & T.F.
Une bille tirée d'un manche de brosse à dents limé et poli. La main qui tient ce « bouglou » est celle d'un Saint-Laurentais qui les implante, à la demande (SR)
Une bille tirée d'un manche de brosse à dents limé et poli. La main qui tient ce « bouglou » est celle d'un Saint-Laurentais qui les implante, à la demande (SR)
Rite de passage répandu chez les habitants du Maroni, surtout chez les Bushinengués, le bouglou est un morceau de domino ou de manche de brosse à dents. Limé et poli, il est introduit sous la peau de la verge. C'est censé procurer plus de plaisir aux femmes. Pourtant, la plupart d'entre elles trouvent l'appendice douloureux. En prison, il est proposé presque systématiquement aux nouveaux arrivants par leurs codétenus. Les techniques d'opération sont terrifiantes et douloureuses. Et ne sont pas sans risques. On trouve le bouglou, qui est d'origine asiatique, dans plusieurs pays et sous d'autres noms.
- INTERVIEW : En prison, « la peau est incisée avec le couvercle d'une boîte de sardines »
Beaucoup d'hommes profitent de leur passage en prison pour se faire poser un ou plusieurs dominos. Pourquoi ? Comment ? Le médecin référent du centre pénitentiaire, Vincent About, répond.
Comment se passe la pose du bouglou en prison ?
La prestation complète est proposée par des détenus : la fabrication du domino et la pose. Le service après-vente, ce sont nous les médecins qui l'assurons. Parfois, ils nous demandent des antiseptiques ou des antibiotiques. Il faut compter entre 5 et 15 euros le bouglou en prison. En moyenne c'est 10 euros. Ceux faits à partir de dominos sont plus chers parce que le matériau est plus noble, plus dur et plus résistant. Pour la fabrication et la pose, il faut débourser 50 euros. La plupart sont faits à base de brosse à dents car tout le monde en a une ici.
Ce sont les détenus