L'énergie de la capoeira
Soutenez la presse écrite et France-Guyane : >ABONNEZ-VOUS !

L'énergie de la capoeira

Audrey Virassamy

Installée depuis quatre ans en Guyane, l'association Energia Pura donne des cours de capoeira tout en développant son groupe de carnaval. Ce week-end avait lieu à Matoury un baptême : un passage de grades.

De la musique, de la danse, du sport. La capoeira, c'est cela et plus encore. Derrière tout ce côté festif se cache une histoire vieille et douloureuse. Arrivée au Brésil par les esclaves angolais, elle s'est développée à Salvador de Bahia. À l'époque, les esclaves masquaient cet entraînement à la lutte en le faisant passer pour une danse. Autour d'une ronde, les capoeiristes « jouent » par deux au rythme de chants brésiliens et d'instruments traditionnels : bérimbau, caxixi, atabaque, reco reco... Le