France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • Partager cet article sur Google +
PERSONNAGES DE MYTHES ET LÉGENDES... (2/6)

Le baclou, création maléfique

Thomas FETROT Mardi 20 août 2013
Le baclou, création maléfique

Ils sont fascinants, surnaturels, parfois terrifiants ou, pire, diaboliques. Mais tous sont des personnages légendaires qui peuplent les contes ou les croyances populaires. Aujourd'hui, le baclou, l'esprit malfaisant aussi appelé « gnome visqueux » , à qui l'on fait appel pour nuire à quelqu'un.

L'histoire se déroule en octobre 2011, à Apatou. Laissé pour mort, un homme est retrouvé dans un piteux état. Il a manifestement subi des assauts d'une rare violence. Son crâne est fracassé et ses deux bras cassés. Ses agresseurs désignés sont trois hommes. Ceux-ci lui reprochent d'être le responsable d'un enfant mort-né. Enfin, pas exactement. En réalité, c'est l'esprit malfaisant dont il serait le propriétaire qui aurait provoqué le décès de l'enfant à sa naissance. Cet être maléfique, c'est le baclou. Un personnage décrit comme « un gnome infâme et visqueux » par Marie-Georges Thébia, dans son ouvrage intitulé « Bois d'ébène et autres nouvelles de Guyane » . Toutefois, aussi terrifiant soit-il, le baclou ne peut être résumé à cette seule description.
Ce vilain petit être appartient aux croyances populaires du département. Interrogée en octobre 2011, Nora Madeleine explique que le baclou est généralement conçu à la période de Pâques. Sa naissance intervient le vendredi saint. Par la volonté d'un seul individu. « Il est obtenu par une manipulation occulte d'un oeuf de poule, précise Nora Madeleine. Celui qui veut créer un baclou doit couver l'oeuf sous son bras pendant sept jours. » Ensuite, le créateur doit imposer ses règles au baclou. Principalement la nourriture. Car, si la légende veut qu'il se nourrisse de la chair d'enfants ou de celle des animaux, il appartient à son propriétaire de choisir la nature de ses repas...
DESCENDANT DU GOLEM
Si les descriptions du baclou sont diverses, elles se rejoignent sur un point : il est très laid! Petit, il ne dépasse pas un mètre. Malgré son allure humaine, proche de celle d'un enfant, il a la tête d'un cochon et des pieds retournés. De plus, il peut adopter des formes différentes. Celle d'un enfant, mais aussi celle d'une femme qui se transforme progressivement. Un stratagème qui lui permet d'entrer plus facilement en contact avec sa victime. Néanmoins, le baclou n'a pas uniquement vocation à faire le mal.
En effet, seul son créateur détermine les actions du baclou. Aussi, il peut effectivement faire appel au « gnome visqueux » pour nuire à quelqu'un, mais également pour s'enrichir ou réussir une belle carrière. En politique, notamment. Une croyance veut ainsi qu'un commerce qui fonctionne bien abrite un baclou. Caché sous la caisse ou le comptoir, il accompagne son créateur et lui permet deprospérer.Une « association » qui n'est pas sans conséquence. Car, lorsque son propriétaire a atteint son objectif et qu'il ne sollicite plus le baclou, celui-ci peut lui réclamer l'âme d'un membre de sa famille...
Selon l'écrivain Elie Stephenson, le baclou serait une descendance du golem. Une créature issue des légendes juives et née pour servir son créateur. L'écrivain rappelle que tous les mythes guyanais ne sont pas liés à la culture africaine. « Ces croyances existent en Guyane depuis la période esclavagiste, assure-t-il. Or, il faut se rappeler qu'à cette époque, il y a eu ici des marchands juifs. »
Enfin, on raconte qu'il est possible de faire apparaître un baclou en se positionnant sous un manguier ou un fromager et en l'appelant à trois reprises. À vos risques et périls.

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire