Grève SGDE : une négociation difficile
Soutenez la presse écrite et France-Guyane : >ABONNEZ-VOUS !
SOCIAL

Grève SGDE : une négociation difficile

Marie ODRY (m.odry@agmedias.fr)
Les négociations entre la direction de la société guyanaise des eaux et ses salariés sont compliquées.
Les négociations entre la direction de la société guyanaise des eaux et ses salariés sont compliquées. • SGDE

La négociation entre les des deux parties de la SGDE est difficile. Elle serait la cause de coupures d'eau sur le territoire.

 C'est un dialogue ardu entre les deux parties de la société guyanaise des eaux (SGDE). Depuis le 21 septembre, près de 45 % du personnel de la SGDE est en grève.
À lire ici : Grève illimitée à la SGDE : « Si on doit utiliser notre seul moyen de pression, on le fera »
Le premier point du cahier de revendication, l’augmentation de la valeur du point de rémunération, pose problème. Les négociations paraissent difficile, car d’après le comité de la SDGE, “ Les exigences des grévistes, représentant 20 % d’augmentation”. Une augmentation bien trop élevée pour la société : "Ce taux, va au-delà de ce que l’entreprise peut se permettre pour assurer sa pérennité”, nous communique la direction de la SGDE.
Une médiation de l’inspection du travail a alors été demandée par le comité, afin de trouver une entente entre les deux parties.
Coupures d’eau sur le territoire
D’après un communiqué de la direction de la  SGDE, les grévistes pour faire entendre leurs doléances provoqueraient des coupures d'eau. Une action dite “illégale” et “ qui prend en otage la population.” La direction explique que ces actions ne seront pas sans poursuites juridiques.

À suivre sur notre site.