Urgences : le médecin refuse d'envoyer les secours, la patiente finit en réanimation
Soutenez la presse écrite et France-Guyane : >ABONNEZ-VOUS !
INFO FRANCE-GUYANE

Urgences : le médecin refuse d'envoyer les secours, la patiente finit en réanimation

Gaëtan Tringham (g.tringham@agmedias.fr)
Asthmatique, Evanise Joseph est restée cinq jours en réanimation et est actuellement en soins intensifs.
Asthmatique, Evanise Joseph est restée cinq jours en réanimation et est actuellement en soins intensifs. • @ARCHIVES FRANCE-GUYANE

Le 15 août dernier, à trois reprises, un médecin régulateur du Centre hospitalier de Cayenne a refusé la prise en charge par les secours d’une patiente asthmatique. Sa requête était pourtant appuyée par une infirmière diplômée d’État. Désespérée, la mère de cette patiente a fini par amener sa fille aux urgences. Après un passage de plusieurs jours en service de réanimation, cette dernière se trouve encore aujourd’hui en soins intensifs à l’hôpital. Récit.

 Le témoignage d’alerte d'Annie Saint-Cyr, mère de la patiente, est d’abord diffusé sur la page Facebook de David Grousset, citoyen médiateur de Matoury.

Interpellés par ce qu’elle y dénonce, nous l’avons également rencontrée et avons ainsi obtenu de nouveaux éléments dans cette affaire troublante. Vers 9 h 30, ce 15 août, Annie Saint Cyr est appelée par sa petite fille. Cette dernière s’inquiète pour sa mère de 31 ans, en détresse respiratoire. Elle se rend sur place aussitôt : « A mon arrivée, je trouve ma fille allongée. Elle ne répond plus qu’avec la tête. » Une infirmière diplômée d’État est également déjà présente à ses côtés

À ce moment-là, les secours ont déjà été appelés à deux reprises. Une fois par la patiente en question puis par son infirmière. Et par deux fois déjà, le médecin régulateur a refusé la prise en charge, selon les témoignages récoltés.
Du temps perdu au bout du fil
Nous avons également rencontré l’infirmière diplômée d’État en question. Cette dernière retrace sa conversation au téléphone. Le SAMU ne répond pas, l’infirmière compose donc le numéro des pompiers. « Je m’adresse à vous parce que j’ai une amie en détresse respiratoire. Elle a 15, 9 de tension et 140 de pouls. » Les pompiers transfèrent l’appel vers le médecin régulateur. Elle répète le motif de son appel et ajoute : « Docteur, c’est