• Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
COVID -19

"Photographie ponctuelle" d'une immunité collective: 63,9 % des guyanais ont développé des anticorps contre le coronavirus

Propos recueillis par Ayodele GERMA (a.germa@agmedias.fr) Mardi 16 Novembre 2021 - 15h27
"Photographie ponctuelle" d'une immunité collective: 63,9 % des guyanais ont développé des anticorps contre le coronavirus
Claude FLAMAND, épidémiologiste à l’Institut Pasteur de Cayenne et directeur de l’enquête. - Anthony Bloud

 Selon une enquête récente de séro-prévalence publiée par l’Institut Pasteur de Guyane, 63,9 % de la population seraient immunisés contre le coronavirus. Il s’agit d’une "photographie ponctuelle" du niveaux d’immunité de la population guyanaise; cette étude constitue la troisième phase des travaux, débutée en août dernier, sur l’épidémie de Covid-19 en Guyane. Comment doit-on interpréter ces résultats? Décryptage de Claude FLAMAND, épidémiologiste à l’Institut Pasteur de Cayenne et directeur de l’enquête.

 Comment doit-on comprendre ces résultats?
C’est une étude qui permet de rechercher la présence d’anticorps dans le sang de personnes qui constituent un échantillon représentatif de la population guyanaise. Ça ne veut pas forcément dire que les personnes chez lesquelles on retrouve des anticorps sont forcément protégées. Cette enquête renseigne d’avantage sur le niveau d’exposition de la population par rapport aux différentes vagues épidémiques. Pour l’instant, nous ne sommes pas encore en capacité de déterminer le niveau d’anticorps à partir duquel on est préservé contre une éventuelle infection ou contre une forme sévère.
La présence d’anticorps fait partie de l’immunité que va développer un individu quand il sera confronté à un virus. Plus il a d’anticorps mieux c’est. Ce sont comme des petit soldats qui se préparent à lutter contre le virus, soit parce que la personne a déjà été infectée, soit parce qu’elle a été vaccinée.
Quelle méthodologie avez-vous adopté?
1000 ménages guyanais ont été tirés au sort et nous avons demandé à tous les individus de ces ménages de participer. 1977 volontaires ont été retenus, on leur a demandé de répondre à un questionnaire socio-démographique, ont-ils ont déjà été infectés par le Coronavirus, à quelle date et dans quelles circonstances? Ont-ils eu confirmation de cette contamination, ont-ils été vaccinés? Tout cela nous a permis d’interpréter le résultat sérologique des prises de sang qui ont été opérées sur les volontaires. Grâce à cela, on arrive à interpréter les données pour comprendre combien de personne ont été naturellement exposées au virus, et combien ont été vaccinées. Cela nous permis de déterminer quelles sont les zones géographiques où les habitants étaient le plus exposés et celles où ils étaient les plus vaccinés.
A l’heure actuelle, on constate une hétérogénéité des résultats en fonction des communes. Sur le Maroni, une bonne partie de la population a été infectée naturellement et les niveaux de couvertures vaccinales sont plus faibles. A contrario, dans l’Oyapock, certaines zones peuvent connaitre un taux de vaccination qui peut aller jusqu’à 80%. Dans ces deux exemples, le risque épidémique des futures vagues, ne sera évidemment pas le même. Plus la population aura développé une immunité, plus on peut raisonnablement penser que l’impact des futures vagues sera modéré.
Est-ce qu’un échantillon de 2000 personnes suffit à représenter la séro-prévalence des 300 000 habitants que compte la Guyane?
Il faut trouver un équilibre entre les moyens qu’il faut pour déployer une enquête et l’acceptation de la population. J’en profite pour remercier les guyanais qui ont accepté de participer à cette étude. Ce n’est pas toujours évident de voir débarquer des enquêteurs chez soi, avec, parfois, une crainte de la prise de sang.
2000 personnes, c’est très acceptable pour se faire une idée et donner une estimation. Nous faisons un tirage au sort cartographique à partir d’une photo aérienne, la plus récente possible; puis nous nous rendons dans les maisons tirées au sort.
C’est ce qui nous permet d’avoir un « intervalle de confiance » à l’intérieur duquel ont peut dire raisonnablement (à 95%) que la séro prévalence est de 64% au moment de l’enquête. De cette manière on peut mieux appréhender le risque épidémique des prochaines vagues.
La problématique que rencontre l’Institut Pasteur actuellement est celle de pouvoir évaluer la concentration et la durée d'efficacité des anticorps auprès des personnes sondées. Quels freins rencontrez-vous ?
Ça met du temps, car il y a beaucoup d’analyses à faire. Pour l’instant nous avons recherché des anticorps dirigés contre la protéine Spike qui est aussi celle qui sera ciblée par le vaccin. (…) Chez les personnes vaccinées, il est plus difficile de dire si elles ont été exposées à cette protéine. Les résultats nous permettrons de savoir les zones dans lesquelles les personnes ont effectivement été le plus exposées au virus, et celles dans lesquelles ils faut renforcer la sensibilisation aux gestes barrières.




Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
4 commentaires

Vos commentaires

cap40 18.11.2021
La Guyane...

La Guyane ...un DOM exceptionnel !!!

Répondre Signaler au modérateur
jayjay5 17.11.2021
ben voila

comme quoi leur "vaccin", y sert casiment a rien... En Europe, ya que des gens "vaccinez" et pourtan on dit que c'est en Europe qui ya le plus de cas "covid" maintenant...

La Guyane est un pays "no vaccin". Pas dur a conprendre comme meme... J'en ai marre de le repeté, je vais finir par plus rien ecrire sur ce reseau sociaux FG, ya que des detesteur de la Guyane...

Répondre Signaler au modérateur
Benkwa973 17.11.2021

Mais oui, appliquez vos idées...vous ne manquerez à personne...

Répondre Signaler au modérateur
Garimpo 17.11.2021
Titre racoleur

65% Immunisé ? Le titre prête à confusion, pour ensuite préciser «  Ça ne veut pas forcément dire que les personnes chez lesquelles on retrouve des anticorps sont forcément protégées »

Répondre Signaler au modérateur
Sur le même thème
27 commentaires
2 commentaires
1 commentaire
10 commentaires
A la une
1 commentaire

Vidéos

Voir toutes les vidéos