Des bananes jaunies qui trompent les consommateurs en Martinique, est-ce le cas en Guyane?
Soutenez la presse écrite et France-Guyane : >ABONNEZ-VOUS !
ALIMENTATION

Des bananes jaunies qui trompent les consommateurs en Martinique, est-ce le cas en Guyane?

La rédaction
Toutes les variétés de bananes sont menacées par la fusariose / photo DR
Des prélèvements sont prévus en Guyane pour détecter si de l'éthéphon est utilisé pour les bananes.

Après des missions de contrôle en matière de sécurité sanitaire des fruits et légumes en Martinique, l'éthéphon fait surface. Une forte utilisation de ce régulateur de croissance des plantes, classé légèrement dangereux, a été découvert. En Guyane, des prélèvements sont prévus.

 Les bananes ont-elles mûries naturellement? Est-ce une question que l'on devra bientôt se poser ? En Martinique, sur un prélèvement de 37 bananes plantains, 25 contenait de l'éthéphon, c'est-à-dire un régulateur de croissance végétale, mais qui est interdit en Martinique sauf pour la culture d’ananas (afin accélérer la floraison). L’éthépton permettait dans cette situation, de tromper le consommateur en rendant les produits plus attrayants et mûres.
Depuis ce jour, une alerte possible à l'éthéphon sur les fruits et légumes de Guyane a été donnée. Des prélèvements sont prévus afin d’évaluer le risque et la coordination de cette molécule “. Des prélèvements sont notamment prévus à différents niveaux de production et de commercialisation pour vérifier si une contamination existe sur certains fruits en Guyane” explique un communiqué de la communication interministérielle.
Une molécule « légèrement dangereuse »
L’usage de cette molécule pour les bananes est interdit. Pourquoi? Retenons que l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) classe ce produit comme « légèrement dangereux ». Si son usage n’est pas maîtrisé, " il est susceptible d’occasionner plusieurs types de symptômes, tels que des brûlures de la peau, des lésions oculaires, des diarrhées, des crampes d'estomac ou l'augmentation de l'appétit.
S’agissant des consommateurs, l’évaluation toxicologique de l’éthéphon menée par l'OMS en 2015, conclut qu'il est
peu susceptible de présenter un risque cancérigène. "

Depuis ce jour en Martinique, “ Les circuits de distribution concernés ont immédiatement suspendu leurs achats auprès des fournisseurs suspectés. “ transmet un communiqué de la communication interministérielle.

En Guyane en 2016, un cas similaire avait déjà eu lieu et des analyses réalisées par la DGCCRF et le SALIM avaient mis en évidence deux utilisations de l'éthéphon frauduleuses. "Des suites administratives et pénales avaient été engagées à l’encontre des contrevenants", relate le communiqué.

À suivre sur France-Guyane