Ce que l'on sait sur le premier cas de variole du singe confirmé en Martinique
Soutenez la presse écrite et France-Guyane : >ABONNEZ-VOUS !

Ce que l'on sait sur le premier cas de variole du singe confirmé en Martinique

France-Antilles Martinique
Il s’agit d’un virus qui est beaucoup moins dangereux que celui de la variole.
Il s’agit d’un virus qui est beaucoup moins dangereux que celui de la variole. • ©SHUTTERSTOCK

L'Agence régionale de santé (ARS) a indiqué, vendredi dernier, que le premier cas confirmé de variole du singe (Monkeypox) a été découvert en Martinique. Cette nouvelle, si elle est peu rassurante ne doit pas nous faire paniquer.

 Depuis l'annonce de quelques cas dans le monde, les autorités médicales et scientifiques s'accordent sur le caractère peu dangereux (sauf pour certaines personnes) de cette nouvelle épidémie. Vendredi, l'Agence régionale de Santé (ARS) de Martinique indiquait qu'une personne adulte présentant des symptômes légers, compatibles à une infection par le virus Monkeypox, a été prise en charge il y a quelques jours. Il s'agit d'un résident " avec notion de voyage dans une région où circule le virus ".

La personne concernée a immédiatement été mise à l'isolement à son domicile pour éviter tout risque de propagation. À ce jour, son état de santé ne présente aucun signe de gravité. L'ARS de Martinique et l'équipe de Santé publique