Un « Oudinot du pouvoir d'achat » timide et déjà critiqué
Soutenez la presse écrite et France-Guyane : >ABONNEZ-VOUS !
POLITIQUE

Un « Oudinot du pouvoir d'achat » timide et déjà critiqué

Mary Bildy, à Paris

Attendu de longue date, le « Oudinot du pouvoir d'achat » - ce rendez-vous présenté par le gouvernement comme un remède à la crise de l'inflation et de la vie chère dans l'Outre-mer – s'est conclu ce jeudi sans annonce fracassante. En Guyane, toutefois, le Bouclier qualité-prix est élargi à des secteurs non-alimentaires comme la téléphonie, les produits de bricolage ou encore certains services automobiles.

En Guyane, les consommateurs pourront compter à partir de l'année prochaine sur des forfaits téléphoniques estampillés « Bouclier-qualité-prix » (BQP). Plus précisément, selon la terminologie jargonnante du ministère des Outre-mer : « Le BQP + est désormais étendu à des offres de service parmi lesquels on trouve la téléphonie ».

Concrètement, cela signifie que des forfaits à prix bloqués seront accessibles chez les trois opérateurs présents en Guyane. Les discussions sur le sujet de la téléphonie n'ont abouti dans aucun autre département d'Outre-mer, à l'exception de la Guadeloupe. À Cayenne et à Pointe-à-Pitre également et d'une manière tout aussi unique à l'échelle des Drom, l'entretien automobile fera partie du BQP+ : là encore, les automobilistes pourront souscrire à des offres dont le tarif a fait l'objet d'une convention et sera bloqué pendant au moins six mois.

En Martinique, où le BQP n'a pas été élargi au-delà des produits alimentaires de première nécessité, c'est la déception qui domine. « Si je devais remercier quelqu'un, ce serait les collectivités qui font un effort sur l'octroi de mer et les distributeurs qui ont promis de ne pas augmenter certains prix, commentait, à chaud, la sénatrice (PS) de Martinique Catherine Conconne. Avant de conclure d'un ton acerbe : Surtout, j'attendais un geste de l'État et je ne le vois pas ! »

Les baisses de certaines taxes consenties

Annoncé au mois de juillet dernier, attendu pour le mois de septembre et repoussé plusieurs fois depuis, le « Oudinot du pouvoir d'achat » a surtout suscité de la déception. Les baisses de certaines taxes comme l'octroi de mer mais aussi la Taxe spéciale sur les carburants (TSC) ont été consenties par plusieurs collectivités ultramarines dont la CTG.


Dans tous les DOM, les prix annoncés hier sur les produits de première nécessité seront bloqués jusqu'aux prochaines négociations annuelles du BQP, soit vers le mois d'avril. À ce moment-là, les prix des BQP seront remis à plat mais l'État a promis d'être vigilant quel que soit le territoire concerné. En revanche, en cas de non-respect du maintien des prix, aucune sanction n'est prévue pour l'instant.


Le ministre délégué en charge des Outre-mer, Jean-François Carenco, qui sera en Guyane du 9 au 14 décembre, s'est félicité, justement, de l'effort global, à l'échelle des DROM : « L'État fait un effort gigantesque en direction des Outre-mer, il ne faut pas regarder systématiquement ce qu'il y a dans l'assiette de son voisin : il faut prendre en compte l'effort global », a-t-il argumenté.

Questionné sur l'absence de mesure forte sur le sujet sensible des billets d'avion, Jean-François Carenco a estimé que « l'État dépense plusieurs centaines de millions d'euros par an pour soutenir le secteur aérien et maintenant que nous avons sauvé Air Austral, il faut s'occuper de Corsair et d'Air Guyane. Il nous reste du travail à ce sujet aux Antilles. »

Un soutien augmenté à Ladom est également prévu dans la prochaine loi de finances. Pas sûr toutefois que cette mesure suffise pour racheter le « Oudinot du pouvoir d'achat » aux yeux de toutes celles et ceux qu'il a déçus, un peu partout dans l'Outre-mer.