Plan de relance et déclinaison territoriale dans les Outre-mer vu par le CESE
Soutenez la presse écrite et France-Guyane : >ABONNEZ-VOUS !

Plan de relance et déclinaison territoriale dans les Outre-mer vu par le CESE

FXG, à Paris
Ines Bouchaut-Choisy au CESE avec son co-rapporteur Olivier Mugnier
Ines Bouchaut-Choisy au CESE avec son co-rapporteur Olivier Mugnier

Sollicité par le Premier ministre sur la déclinaison du plan d’urgence outre-mer, dans le cadre de la crise Covid, le Conseil économique, social et environnemental (CESE) vient d’adopter un second avis après celui de janvier 2021. S’il salue une promesse budgétaire tenue (1,890 milliards injectés outre-mer), le CESE regrette des réponses trop parcellaires.

 Le Conseil économique, social et environnemental (CESE) a voté mercredi un avis intitulé « Plan de relance et déclinaison territoriale dans les Outre-mer ». Il fait suite à un premier avis adopté en janvier 2021 suite à la saisine du Premier ministre en novembre 2020.

Lors de sa présentation en séance plénière, le 26 janvier 2021, le ministre des Outre-mer, Sébastien Lecornu, déclarait : « Cet avis va constituer une dorsale qui va permettre à mon cabinet, à la Direction générale des Outre-mer et aux différentes préfectures d'être dans le chemin de la territorialisation du plan de relance. »

Un an plus tard, le CESE a souhaité évaluer la mise en œuvre du plan France Relance et la prise en compte de ses préconisations. A l’occasion