« L'État régalien doit reprendre pied dans nos territoires »

« L'État régalien doit reprendre pied dans nos territoires »

Propos recueillis par F.-X.G
Marine Le Pen lors d'un meeting de campagne à Ennemain (nord) le 4 mai 2017
Marine Le Pen lors d'un meeting de campagne à Ennemain (nord) le 4 mai 2017 • PHILIPPE HUGUEN (AFP)

Dans une interview accordée vendredi dernier à France-Guyane, Marine Le Pen estime que « ce n'est pas la modification institutionnelle qui apporte la prospérité et la sécurité » . La candidate du Front national à la présidentielle se déclare par ailleurs « réticente à déverser des milliards » en faveur de territoires « si l'on ne règle pas le problème de l'immigration et de l'insécurité » .

Comment expliquez-vous votre succès du premier tour en Outre-mer ?
Nos compatriotes d'Outre-mer ont pris conscience que le projet que je porte et la personnalité que je suis sont fondamentalement différents de ce qu'on leur a raconté, et ils se détachent des clichés. C'est aussi le pragmatisme. Lorsque nous dénonçons l'immigration clandestine et l'immigration massive, nous le faisons parce que ce sont des phénomènes qui nuisent considérablement à la sécurité et à la prospérité de nos territoires. Je suis venue les voir, ils m'ont entendue et c'est ce qui justifie ces résultats. Ils ont aussi perçu chez moi de l'affection, un attachement sincère à la France du bout du monde. Je suis capable de leur offrir un grand projet de développement économique. Je ne les laisserai pas au bord du chemin, je ne les traiterai pas de manière inégale et c'est cela qui les a fait changer d'avis.
Vous envisagez de nommer un ministre d'État de la Mer et de l'Outre-mer ; songez-vous à quelqu'un ?
Oui... Je songe à quelqu'un, mais je ne vais pas commencer à faire le jeu du partage des places avant d'avoir gagné....

Suivez l'info en temps réel
sur l'appli France-Guyane!

Télécharger