Les amendements du budget de l’Outre-mer pas au goût du MOM
Soutenez la presse écrite et France-Guyane : >ABONNEZ-VOUS !
Politique

Les amendements du budget de l’Outre-mer pas au goût du MOM

FXG, france.guyane@agmedias.fr
L'Assemblée nationale vote le budget Outre-mer
Une photo comme une démonstration de l'intérêt que porte la majorité présidentielle aux Outre-mer. Les rangs de la droite sont clairsemés lors du vote du budget outre-mer, vendredi soir. Cela a permis à l'opposition de voter tous leurs amendements et au final de voter les crédits en hausse de près de 80 millions d'euros par rapport au début des débats où ils avoisinaient les 300 millions d'euros. • FXG

Les crédits de la mission Outre-mer ont été adoptés dans, la nuit de vendredi à samedi dernier contre l’avis du ministre et sans l’aval de la majorité. Cette victoire des oppositions, liée au vote des amendements devrait être remise en cause par le recours attendu au 49-3.

« Nout kiltir, nout kozé, nout lidantité, nout gayar ! », a déclaré la réunionnaise Karine Lebon, rapporteure spéciale de la commission des finances, alors que débutait vendredi 29 octobre la journée internationale des langues créoles, l’examen des crédits de la mission outre-mer à l’Assemblée nationale.

Après une très longue soirée de débats, l’Assemblée nationale a adopté dans la nuit de vendredi à samedi le budget de la mission Outre-mer. Sur 58 votants, 41 députés ont voté pour, 17 se sont abstenus.

Pourtant au début de l’examen du texte, le Martiniquais (apparenté au Parti socialiste, PS ) Johnny Hajjar, rapporteur pour avis de la commission des affaires économiques, a rendu un avis défavorable.

Jean-Victor Castor dénonce le budget outre-mer
Le député de la première circonscription, Jean-Victor Castor a peu goûté la première version du budget proposé par la rue-Oudinot. A la fin des débats, une photo le montre avec Davy Rimane, plutôt contents du tour joué à la Macronie, grâce aux votes des amendements. • FXG

Le Guyanais Jean-Victor Castor (Gauche démocrate et républicaine, GDR) l’a jugé « insuffisant, insincère, inadapté et incohérent ». Le Guadeloupéen Max Mathiasin (Libertés, indépendants, outre-mer et territoires, Liot ) lui a trouvé « plusieurs lacunes évidentes ». « Je crains que votre budget ne soit adopté sans le vote d’aucun député ultramarin », a déclaré le Mahorais Mansour Kamardine des Républicains (LR) .

 

A part les groupes Modem, Horizon et Renaissance de la majorité présidentielle, personne n’avait l’intention de le voter. « Les rangs macronistes sont inhabituellement calmes, et même silencieux », a fait observer le député La France Insoumise (LFI) Paul Vannier, « et vides ! », a complété son collègue socialiste Inaki Echaniz.

Face aux critiques des oppositions de droite et de gauche, le ministre délégué Jean-François Carenco a défendu des moyens en hausse de 300 millions d'euros, soit 11 %. « Si on neutralise les compensations des exonérations de cotisations sociales patronales, la hausse est de 8 %. Ce sont les chiffres ! »

 

Une rallonge budgétaire de près de 80 millions d'euros votée par l'opposition
Jean-François Carenco, ministre délégué aux Outre-mer
Jean-François Carenco est venu défendre son budget. Sans les députés de la majorité, il n'a pas pu s'opposer aux amendements proposés par l'opposition. • FXG

Sans majorité absolue, le ministre, malgré ces avis défavorables, a assisté impuissant à l’adoption de tous les amendements proposés par les groupes de la Nupes, des LR et Liot. Et la liste est très longue : abondement des crédits du logement de plus de 20 millions d’euros, plan pluriannuel du logement, plan pluriannuel de l’eau global dans les Outre-mer, création d’instituts régionaux d’administration (IRA) dans les collectivités ultramarines, abondement de 5 millions d'euros de l’enveloppe dédiée aux contrats de redressement en Outre-Mer (COROM) pour épauler les communes en difficultés financières, renforcement de 30 millions d'euros pour l’aide alimentaire à destination des foyers ultramarins, renforcement du fonds exceptionnel d’investissement, aide budgétaire de 10 millions d’euros pour répondre aux surcoûts d’approvisionnement en énergie.

 

Jeu de dupes

 

Et le budget des Outre-mer continue à grossir à chaque amendement voté par les élus de l'opposition : comblement de l’insuffisance de logements pour les étudiants, renforcement du parc des Ehpad, renforcement des crédits de la continuité territoriale, des moyens dédiés à la diversification agricole, revalorisation de 5 millions d'euros des crédits d’aide au fret, augmentation de 2 millions d'euros des crédits consacrés au fonds de secours pour catastrophes naturelles, fonds d’urgence économique d’un million d'euros pour expérimenter d’autres solutions que les seules exonérations de charges, extension du passeport mobilité aux personnes engagées dans un parcours de validation des acquis de l’expérience (VAE), renforcement des moyens de la protection civile, expérimentation d’un fonds national d’aide au paiement des loyers, instauration d’un dispositif pour réduire les délais de paiement des collectivité grâce à BPI France (banque publique d'investissement), aide de 500 000 euros pour accompagner les communes à régler le indivisions successorales couvertes par la loi Letchimy, allocation de 45 000 euros afin d’accueillir des apprentis au SMA 2023...

 

Ainsi à la fin des débats, les députés Nilor (LFI), Rimane (GDR), Mathiasin (Liot), Kamardine (LR), Naillet (PS) mais également les députés écologistes et ceux du Rassemblement National ont voté « avec force » ce budget tandis que le Calédonien Metzdorf (Renaissance) a préféré s’abstenir.

Ce débat, pour lequel toutes les oppositions ont congratulé le ministre pour la qualité de son écoute, pourrait toutefois n’avoir été qu’un jeu de dupes puisque tous s’attendent à ce que le gouvernement brandisse incessamment l’article 49-3 et balaye ainsi tous les amendements votés samedi derniers.