Gabriel Serville accentue le lobby Guyane au sein de l’UE
Soutenez la presse écrite et France-Guyane : >ABONNEZ-VOUS !
Politique

Gabriel Serville accentue le lobby Guyane au sein de l’UE

Gérôme GUITTEAU ; g.guitteau@agmedias.fr
Les présidents des Rup
Les présidents des Régions ultrapériphèriques de l'Union européenne. • DR

La 27e Conférence des Présidents des Régions Ultrapériphériques s’est terminée mercredi 16 novembre par la “session partenariale”, en présence des représentants des 9 RUP.

Lors de la XXVIIe conférence des présidents des Régions ultrapériphériques (Rup) qui a commencé, mardi 15 novembre, au Parlement européen... à Bruxelles, Gabriel Serville a posé la première pierre d’un long combat : celui de rester une Rup malgré le changement statutaire et la fin probable du département. « L’UE doit tenir compte de ce que nous sommes, de nos réalités, de nos propositions. La Guyane n’est pas un territoire de pauvreté, mais un territoire qu’on rend pauvre en le freinant dans son développement », a déclaré le président de la Collectivité territoriale de Guyane (CTG).

« Il a insisté sur la nécessité de poursuivre un lobbying collectif afin que la commission européenne respecte son engagement quant à l’intégration des particularités des neuf Rup dans ses prochaines propositions législatives » , rapporte la CTG.

L’enjeu est de taille comme l’expliquait Maud Elfort, maître de conférence en droit public, en 2014 avant le passage de la Guyane en tant que collectivité territoriale : « L’ensemble de la doctrine s’accorde pour donner une réponse négative à cette question. Le traité d’Amsterdam s’applique aux départements d’outremer. Il n’en serait autrement que si le traité avait procédé à l’énumération de chacune collectivité territoriales concernées. »

A cette question, le Copil a clairement répondu qu’il voulait rester une Rup « au même titre que les Açores et Madère qui disposent d’une large autonomie au sein de leur République respective », est-il écrit d’en l’avant-projet de document d’orientations qui devra être voté lors du prochain congrès des élus. « Dans les domaines relevant de son pouvoir normatif autonome, la Collectivité de Guyane opérera elle-même la transposition des directives communautaires sur son territoire en concertation avec l’État », propose le document.

Autant dire que Gabriel Serville et Thibault Lechat-Vega, l’élu territorial délégué aux affaires européennes ont du pain sur la planche.