Emmanuel Macron : "Je veux laisser plus de liberté aux énergies locales"
Soutenez la presse écrite et France-Guyane : >ABONNEZ-VOUS !
PRESIDENTIELLES 2022

Emmanuel Macron : "Je veux laisser plus de liberté aux énergies locales"

Propos recueillis par Cyril BOUTIER (c.boutier@agmedias.fr)

Interview exclusive. Candidat à sa réélection, le président de la République sortant évoque les grandes lignes de son programme pour nos territoires. Vie chère, institutions, autonomie, mémoires... Il répond aux questions de France-Guyane.

La Guyane, la Martinique et la Guadeloupe ont placé Jean-Luc Mélenchon largement en tête au premier tour. Que dîtes-vous à ces électeurs ?

Je veux commencer par remercier très chaleureusement les dizaines de milliers d'électeurs qui ont choisi de me renouveler leur confiance en votant pour moi le 10 avril dernier. Je l’ai dit au soir du premier tour, à tous les électeurs de Jean-Luc Mélenchon et de tous les candidats ayant appelé à voter pour moi au second tour : nous sommes prêts à bâtir une dynamique nouvelle, en rassemblant très largement autour du projet qui est le nôtre, qui n’est pas figé et que je suis prêt à enrichir. Face à moi, nous avons Marine Le Pen, candidate de l’extrême droite, de la France du repli sur soi et du rejet des différences culturelles. Le choix que vous aurez à faire, c’est un choix de société : vous avez deux visions de la France très différentes qui s’affrontent. C’est avec humilité que je tends ainsi la main à toutes celles et tous ceux qui veulent continuer à transformer notre pays. (...)

Dans vos lettres aux différents territoires, vous évoquez le sentiment des populations de ne pas être écoutées, voire considérées. Comment y remédier ?

Les Outre-mer rendent la France plus belle, plus grande. Mais cette position unique dans les trois océans nous oblige aussi vis-à-vis de nos concitoyens qui se trouvent à plusieurs milliers de kilomètres de l’Hexagone. Je peux comprendre parfois ce sentiment de ne pas être entendu ou compris, ou encore leur impression de ne pas voir son identité suffisamment reconnue au sein