Covid19 : Les 4 parlementaires écrivent au préfet pour assouplir les restrictions qui isolent les habitants de Saint-Georges
GUYANE

Covid19 : Les 4 parlementaires écrivent au préfet pour assouplir les restrictions qui isolent les habitants de Saint-Georges

Samir MATHIEU
Les faits se sont produits le 1er avril dans la soirée sur la place Romain-Garros, à Saint-Georges. (photo d'archives)
Les habitants de Saint-Georges trouvent "injuste" les restrictions qui leur sont imposées et "les coupent de leurs familles" expliquent les quatre parlementaires guyanais qui ont écrit au préfet pour assouplir les contraintes "tout en préservant la situation sanitaire". • ARCHIVES FRANCE GUYANE

 Les quatre parlementaires de Guyane se sont réunis pour écrire au préfet et lui demander d'assouplir les conditions pour que les habitants de Saint-Georges puissent franchir plus facilement le poste de contrôle routier de Régina. Ils relayent les sentiment d'injustice que ressentent les habitants de la commune frontalière avec le Brésil, un peu plus isolée du reste de la Guyane depuis le retour de l'instauration d'un motif impérieux pour franchir le PCR de Régina, reinstauré par la préfecture pour diminuer fortement les échanges avec le Brésil, pour se protéger de la menace du variant brésilien, dit Amazonien, du Covid19. Marie-Laure Phinéra-Horth, Georges Patient, Gabriel Serville et Lénaïck Adam proposent de travailler avec le préfet pour trouver une solution pour les habitants de Saint-Georges tout en préservant la situation sanitaire de la Guyane. 

C'est une démarche rare. Les 4 parlementaires de Guyane ont écrit un courrier en commun sur un sujet particulier. Marie-Laure Phinéra-Horth, Georges Patient, Gabriel Serville et Lénaïck Adam, viennent d'écrire au préfet de Guyane Thierry Queffelec, pour lui demander des aménagements dans le dispositif de contrôle au PCR de Régina, pour les habitants de Saint-Georges de l'Oyapock. Les habitants de Saint-Georges se retrouvent une nouvelle fois coupés du reste de la Guyane. Depuis 15 jours, pour franchir le Poste de contrôle routier de la gendarmerie à Régina, juste avant le pont de Bélizon, il faut justifier d'un motif impérieux. Cette condition, qui avait déjà été, instauré lors du premier confinement, avait entraîné des...

Suivez l'info en temps réel
sur l'appli France-Guyane!

Télécharger