Dans un palais aux mille misères
Soutenez la presse écrite et France-Guyane : >ABONNEZ-VOUS !
REPORTAGE

Dans un palais aux mille misères

Gérôme GUITTEAU, g.guitteau@agmedias.fr
En une journée au palais de justice du Larivot, France-Guyane a pu se rendre compte de ce que signifie une « justice délabrée » : dossier manquant, mail perdu, droit de la défense malmené...
En une journée au palais de justice du Larivot, France-Guyane a pu se rendre compte de ce que signifie une « justice délabrée » : dossier manquant, mail perdu, droit de la défense malmené... • GG

En une journée au palais de justice, France-Guyane a pu se rendre compte de ce que signifie une « justice délabrée » selon le mot de la première présidente de la Cour d’appel Marie-Laure Piazza : dossier manquant, mail perdu, droit de la défense malmené... et beaucoup de transpiration du côté des professionnels du droit qui courent pour combler les manques dans des sessions interminables.

 Vendredi 16 septembre dernier, 13h57, palais de justice du Larivot. Le sac est fouillé minutieusement par l’agent de sécurité. Quelques personnes forment une file devant le sas à l’entrée du tribunal judiciaire de Matoury. Un petit groupe d’hommes et de femmes, tous tatoués et portant des bijoux en or - certains sont en tongs et jean troués - écoutent un avocat qui leur explique le déroulé des débats à venir en comparution immédiate (CI).

L’audience est prévue en salle d’audience 1, elle doit débuter à 14 h. Trois greffière courent d’une salle à l’autre.. Un problème technique inconnu inquiète. On patiente sur le banc avec un avocat et la traductrice. Le père d’un prévenu tente d’évacuer son stress et s’immisce dans la discussion.

La session de CI migre vers la salle d’audience 2. A peine le temps de s’asseoir, puis de se relever à l’entrée de la présidente, que celle-ci demande de retourner en salle d’audience 1 car la climatisation ne fonctionne pas. La CI prend place dans une salle tout juste rafraîchie, à l’odeur de peinture bien présente.
« Fils de p***, c’est bien lui »

Les prévenus incarcérés passent en priorité afin de libérer au plus vite les escortes de gendarmerie.

Le premier