France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
FAITS-DIVERS

Mango : la fin du garage « marron »

S.R. Lundi 22 Novembre 2021 - 11h04

 Les forces de l’ordre ont procédé ce lundi matin à la perquisition d’un garage « clandestin » rue Georges Pindard à Cayenne. Le gérant a été placé en garde à vue.

Un garage marron a fait l'objet d'une perquisition ce lundi. © S.R.

Huit enquêteurs du STPJ étaient présents, le gérant a été placé en garde à vue. © S.R.

Les épaves déposées à même le sol représentent un danger notamment parce qu’elles sont considérées comme des déchets dangereux. © S.R.

Les clients du garagiste s'exposent aussi à des poursuites judiciaires pour "recours à un travail dissimulé". © S.R.

Un garage marron a fait l'objet d'une perquisition ce lundi. - S.R.
Huit enquêteurs du STPJ étaient présents, le gérant a été placé en garde à vue.  - S.R.
Les épaves déposées à même le sol représentent un danger notamment parce quâelles sont considérées comme des déchets dangereux. - S.R.
Les clients du garagiste s'exposent aussi à des poursuites judiciaires pour "recours à un travail dissimulé". - S.R.
 Activités clandestines, atteintes à l’environnement, à la sécurité : un garage marron, situé dans le quartier Mango à Cayenne, rue Georges Pindard, cumulait presque toutes les casquettes. Ce matin, en marge d’une opération d’envergure menée à l’initiative du parquet de Cayenne, un dépanneur de profession soufflait : « ça pullule en Guyane ce genre d’établissements ».

L’exemple du jour rappelait certaines problématiques propres à ce qui pourrait représenter des filières structurées. Dans cette rue adjacente à la route Mango, une vingtaine de véhicules, variant d’un état correct au « statut » d’épaves, jonchent le bas-côté. A l’arrivée des 8 enquêteurs du Service territorial de la police judiciaire (STPJ) de Cayenne, au moins deux mineurs étaient présents sur site. Ils auraient été amenés à intégrer les effectifs du gérant dans le cadre d’un stage de troisième.

La vocation du parquet est dans un premier temps de « s’assurer de la lutte contre le travail dissimulé, martèle Alexandre Rousselet-Magri, substitut du procureur, confirmant que le gérant ainsi perquisitionné ce lundi emploie visiblement plusieurs personnes, dont des mineurs, sans déclarations fiscales et sans paiement des cotisations sociales ».

Mais dans le cadre de cette opération de « lutte contre les garages clandestins », lumière a aussi été faite sur les problématiques environnementales qui résultent de ces activités. Sur le parvis du garage, entièrement fait de taules, un mélange d’hydrocarbures s’épand sur le sol.

Deux enquêteurs détachés en Guyane de l’Office centrale de lutte contre les atteintes à l’environnement et à la santé publique constatent. Car pour « traiter » des véhicules hors d’usages, « il faut un centre agréé » nous rappelle l’un d’eux. « Ça doit être fait sur une dalle en béton et respecter la filière de traitement des déchets et des eaux usées. » poursuit-il.
Les clients du garagiste aussi exposés à des sanctions
Dans le cas présent, les épaves déposées à même le sol représentent un danger notamment parce qu’elles sont considérées comme des déchets dangereux, susceptibles de durablement polluer les sols et les nappes phréatiques par des fuites de liquides ou des infiltrations.

Ainsi, plusieurs infractions environnementales pourraient venir se rajouter à la myriade d’irrégularités relevées ce matin. « L’objectif est aussi de préserver le cadre de vie des riverains, pollué par ces épaves. » rappelle le substitut du procureur.

Quant aux personnes qui font appel à des garages non déclarés, elles s’exposent également à des poursuites judiciaires. Les propriétaires des véhicules seront dans ce cadre convoqués ultérieurement au poste pour "recours à un travail dissimulé". Dans le cas où ils ne se manifesteraient pas, trois options se présentent : la confiscation du véhicule, la vente au profit de l’Etat ou la destruction sur ordre du parquet.

Placé en garde à vue au début de la perquisition, le gérant du garage « marron » sera plus tard interrogé par les enquêteurs, qui s’attacheront à déterminer les charges qui pourront éventuellement être retenues contre lui.
Pour en savoir plus :

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
1 commentaire

Vos commentaires

Bugaled 23.11.2021
Fin de l'impunité permanente et appel au civisme

Démanteler un garage clandestin est naturellement une opération nécessaire pour rappeler qu'une société humaine s'organise à partir d'un corpus de règles comprises et respectées par tous.
Il faut aussi que chacun s'interroge sur son propre rôle dans l'organisation globale et sur son pouvoir d'agir pour faire évoluer les choses.
Je suis toujours stupéfait de voir toutes ces épaves de voitures qui jalonnent la RN1 comme la RN2 et qui abiment le paysage magnifique en plus qu'elles polluent le sol.À qui sont ces voitures, pourquoi trainent-elles ainsi ? À quel moment chacun va t'il enfin prendre conscience de la fragilité de l'environnement?
Fermeté sans faille pour rappeler la règle et punir les contrevenants, devoir de civisme de chacun.

Répondre Signaler au modérateur
Sur le même thème
1 commentaire
A la une