Suriname : le niveau record des eaux interroge l’avenir
Soutenez la presse écrite et France-Guyane : >ABONNEZ-VOUS !
CHEZ NOS VOISINS

Suriname : le niveau record des eaux interroge l’avenir

Éric GERNEZ, à Paramaribo
Barrage afobaka - © E.G
Barrage afobaka - © E.G

Le réservoir déborde, la terre n’absorbe plus les averses, les niveaux sont hauts alors que la saison des pluies approche. Au-delà de la conjoncture, ce sont des questions structurelles qui sont posées. Le pays doit s’organiser face à cette situation.

 Comme pour la Guyane, mais aussi tous les pays de la frange nord-atlantique du continent, les pluies au Suriname sont exceptionnellement importantes ces derniers mois.
État des lieux

À l’Est, Maroni, Lawa, Tapanahony, au centre avec la Suriname river en amont du barrage, ainsi qu’à l’Ouest dans la zone de Kabalebu, les niveaux des eaux sont au rouge. Les pluies surabondantes de ces derniers mois ont saturé les terres et ont ensuite provoqué la montée des eaux. Dans toutes les zones citées, elles sont entrées dans les maisons pour en chasser les habitants, les terres agricoles sont dévastées et l’approvisionnement est très perturbé.

Les pluies perdurent, et alors qu’on espérait une décrue, le niveau semble à présent remonter. Ce qui se vivait comme un épiphénomène de crise, semble maintenant se présenter comme une situation à laquelle il va falloir s’adapter pour plusieurs mois encore. De lourdes conséquences se dessinent.
Les écoles de l’intérieur restent fermées

Début mars, les écoles de zones de l’intérieur, pour beaucoup inondées avaient fermé les unes après les autres, leurs enseignants renvoyés en ville. Alors qu’on