« Trois quarts du littoral guyanais sont menacés »

« Trois quarts du littoral guyanais sont menacés »

Propos recueillis par Laurent MARIMOUTOU
La Plage de l'Anse, à Kourou, le 19 février 2015 (photo d'archives)
La Plage de l'Anse, à Kourou, le 19 février 2015 (photo d'archives)

L'Observatoire de la dynamique côtière, mis en place en 2014, étudie l'avancée et le recul des plages de l'Île de Cayenne, de Kourou et d'Awala-Yalimapo. Laure Verneyre, directrice du Bureau de recherches géologiques et minières, fait le point sur ses travaux.

Comment expliquer ces phénomènes d'érosion ?
Le littoral guyanais se caractérise par une dynamique morpho-sédimentaire parmi les plus actives au monde, du fait qu'il se situe sous l'influence immédiate du fleuve Amazone. Les sédiments charriés par le fleuve depuis les Andes sont déversés dans l'Atlantique et entraînés par le courant vers le nord, le long des côtes de Guyane. Les sédiments s'agrègent en bancs de vase au niveau de l'estuaire de l'Oyapock. Ils se déplacent sur les 1 500 km du linéaire côtier guyanais et se dispersent à l'embouchure de l'Orénoque au Venezuela, si bien que les plages guyanaises connaissent une alternance entre une période avec un banc de vase et une sans banc de vase. Ce phénomène conditionne toute la dynamique côtière, car la présence, ou non, de bancs va déterminer l'installation et le retrait, cycliques, de forêts de mangrove protectrices ainsi que la puissance...

Suivez l'info en temps réel
sur l'appli France-Guyane!

Télécharger