L'ARS versée, les parents préparent la rentrée
Soutenez la presse écrite et France-Guyane : >ABONNEZ-VOUS !
Vie locale / Education

L'ARS versée, les parents préparent la rentrée

Samuel Zralos

Ce matin à Saint-Laurent du Maroni, c'était jour de marché, mais aussi jour de préparation de la rentrée pour certains parents, au lendemain du versement de l'allocation de rentrée scolaire. Réactions.

La rentrée des classes, c'est aussi le moment d'acheter de nouveaux vêtements aux enfants (photo d'illustration). © DR

Jacqueline Sierra n'a pas encore acheté les fournitures de son fils, mais anticipe déjà leur coût. © Samuel Zralos

Avec sa fille allocataire et sa petite fille (droite) Carmen Monimofoe vont faire leurs courses à Cayenne... © Samuel Zralos

...Tout comme Tchu Ya, qui aimerait bien avoir des détails sur la rentrée scolaire elle-même. © Samuel Zralos

Bianca Paddie et sa famille ont déjà bien avancé leurs achats de rentrée. © Samuel Zralos

De passage à Saint-Laurent, Annie Sabayo trouve « très utile » la majoration de 100 euros de l'ARS. © Samuel Zralos

 Miranda Beterson, jeune mère de deux enfants rencontrée au sortir d'une épicerie, est enthousiaste. L'ARS versée hier aux familles bénéficiaires « lui sert à beaucoup de choses », à commencer par l'achat sur Saint-Laurent de sacs et de vêtements, « du matériel pour les enfants ». Pour une partie des affaires nécessaires, elle prévoit de profiter de vacances prochaines au Suriname. Elle est satisfaite des 100 euros supplémentaires débloqués exceptionnellement cette année par l'Etat qui « permettent de mettre un peu de côté pour les futures activités ». Cette maman déplore en revanche l'absence pour l'instant d'une liste de matériel scolaire, ce qui l'empêche d'acheter l'ensemble des fournitures.

Une liste que l'école du fils d'Annie Sabayo, venue de Matoury pour la journée, a elle déjà distribué. Dégustant une soupe en terrasse, elle explique avoir préparé ses enfants « comme si c'était une rentrée normale », partant du principe que tout rentrera dans l'ordre une fois la crise sanitaire passée.
Le prix du savoir
Une normalité coûteuse, puisqu'à Matoury le constat est le même que dans l'Ouest : « la rentrée ça coûte cher, ne serait-ce que pour le bus ou l'assurance scolaire ». Alors, forcément, le bonus de 100 euros par enfants va être« très utile », en particulier pour sa fille lycéenne.

Entourée de sa famille, sacs de T-shirts et de nouveaux vêtements aux pieds, Bianca Paddie trouve d'ailleurs que l'aide de la Caf « n'est pas suffisante, mais qu'on se débrouille », évoquant une baisse de l'argent reçu par sa famille en 2020.« Tout est tellement cher, ça part vite », constate en écho Jacqueline Sierra, qui fait son marché main dans la main avec son fils, scolarisé en primaire. Elle n'a pas encore fait les achats nécessaires, ira « avant la rentrée ».
Inquiétudes sur le calendrier
Une rentrée dont Tchu Ya et Carmen Monimofoe aimeraient bien connaître la date. Depuis son stand du marché, le premier se demande si les petits reprendront le chemin des cours, s'ils devront y porter un masque. Installée avec ses produits quelques mètres plus loin, la seconde s'interroge, regrette l'absence « d'informations » sur le sujet. Tous deux ont prévu de se rendre à Cayenne pour leurs achats scolaires, la capitale étant moins chère.

Pas de voyage similaire prévu pour Jeanty Brenord, rencontré en plein renouvellement du matériel pour l'école pour son fils de 11 ans.

Sans papiers jusqu'à récemment, cet habitant de la route de Paul-Isnard n'a pas eu le droit à l'ARS cette année et doit donc tout payer de sa poche. Confiant qu'il est « en train de déposer les papiers », il espère en bénéficier l'an prochain.