La fusée Vega-C s'est envolée pour la première fois
Soutenez la presse écrite et France-Guyane : >ABONNEZ-VOUS !
SPATIAL

La fusée Vega-C s'est envolée pour la première fois

Rédaction Web
Premiere image du décollage de Vega-C, depuis le Centre spatial guyanais
Premiere image du décollage de Vega-C, depuis le Centre spatial guyanais • ESA

Après deux tentatives de lancement avortées ce matin, d'abord à 8 h 13 puis à 9 h 13, le nouveau lanceur européen a finalement réalisé son premier décollage depuis la Guyane ce 13 juillet à 10 h 13, soit au bout de la fenêtre de tir de 2 heures.

Lancement réussi pour Vega-C !
Après séparation des étages, la coiffe s'est également séparée avec succès.

 
Vega-C, baptisée petite soeur d'Ariane 6, a emporté avec elle le satellite LARES-2, une charge utile scientifique construite pour l’Agence spatiale italienne (ASI) par l’Institut national italien de physique nucléaire, ainsi que six Cubesats de recherche pour l’Italie, la Slovénie ainsi que la France.

D’une masse au lancement de 210 tonnes, Vega-C est une version améliorée de son prédécesseur. Selon le CNES : "Il dispose de deux nouveaux étages à propulsion solide, une nouvelle coiffe et un étage supérieur amélioré, ainsi que d’une nouvelle infrastructure au sol. Il offre des performances accrues, une meilleure polyvalence, un plus grand volume de charge utile pour une meilleure compétitivité."

"Une nouvelle ère dans les vols spatiaux européens"
Ce lanceur de moyenne portée devrait venir compléter le système de lancement Ariane, de plus grande envergure.

Et grâce à sa capacité de retour sur Terre avec la navette automatisée Space Rider, cette fusée soutient également de nouvelles possibilités de missions et annonce "une nouvelle ère dans les vols spatiaux européens", se réjouit encore le CNES. La première utilisation de ce nouveau système n'est cependant pas prévue avant 2023.



Prochain lancement prévu en novembre 2022
Après le succès de son vol inaugural, Vega-C entre à présent dans sa phase opérationnelle sous la responsabilité d’Arianespace, qui annonce son objectif de réaliser "au moins quatre lancements par an". Son carnet de commandes "comprend déjà 7 lancements et 10 charges utiles auxiliaires", explique encore Arianespace.

Programmée en novembre 2022, la première mission commerciale de Vega-C, désignée VV22, emmènera Pléiades Neo 5 et 6, une paire de satellites entièrement financés, fabriqués et exploités par Airbus

Sept Vega-C ont déjà été réservées pour des missions à la fois institutionnelles et commerciales :
- Parmi les missions institutionnelles : Sentinel-1C, qui sera lancé au profit de l’ESA pour le compte de la Commission européenne ; les satellites FLEX et ALTIUS, deux programmes de l’ESA au service de l’environnement ; CSG 3, développé par Thales Alenia Space pour l’Agence spatiale italienne (ASI) et le Ministère italien de la Défense ; PLATiNO 2, développé par SITAEL pour l’ASI ; et MicroCarb, commandé par la Commission européenne pour le compte du CNES ;
- Parmi les missions commerciales : la constellation Pléiades Neo comprenant 4 satellites pour Airbus Defence and Space ; KOMPSAT 7 pour le KARI (Korean Aerospace Research Institute) ; THEOS-2, fabriqué par Airbus Defence and Space pour la GISTDA (Geo-Informatics and Space Technology Development Agency ofThailand) ; et FORMOSAT-7R, fabriqué par la NSPO pour Taïwan ;
- Plusieurs missions de nanosatellites ont déjà été contractualisées par Arianespace et complèteront certains des vols Vega C grâce à la structure de déploiement SSMS (Small Spacecraft Mission Service).

Image du lancement VV21 ce 13 juillet depuis le CSG • ESA - CNES - ARIANESPACE / Optique vidéo du CSG - S MARTIN