Suriname : 25 février 1980, l'assassinat d’un rêve
Soutenez la presse écrite et France-Guyane : >ABONNEZ-VOUS !
CHEZ NOS VOISINS

Suriname : 25 février 1980, l'assassinat d’un rêve

Eric GERNEZ, à Paramaribo
Crédit : Suriname News Centrale
Crédit : Suriname News Centrale

Un avenir prometteur souriait à la jeune nation surinamaise. Ce jour, le Destin frappe et met le pays sur le chemin des turpitudes.

Le rêve d’une jeune nation
En 1975, alors que les Pays-Bas accordent l’indépendance au Suriname, celui-ci accède au rang de nation, avant-dernier territoire d’Amérique du Sud à écrire son indépendance.
La situation du pays était bonne, les hollandais laissaient en héritage un pays avec un haut niveau de vie, éducation et santé excellents, infrastructures développées et en bon état. La population multi-ethnique vivait en harmonie, le niveau culturel remarquable et l’art de vivre à la Surinamaise apprécié internationalement. A ce moment de son histoire, le Suriname, soutenu par les néerlandais, pouvait imaginer son avenir à l’égal de ses voisins d’Aruba ou de Curaçao, les moyens étaient là pour en faire une des nations les plus prometteuses du continent.
 
Les événements qui allaient survenir vont briser ce rêve,