Patrick Lecante : « La migration que nous voulons »
Soutenez la presse écrite et France-Guyane : >ABONNEZ-VOUS !
TRIBUNE LIBRE

Patrick Lecante : « La migration que nous voulons »

Par Patrick LECANTE, Maire de Montsinéry-Tonnégrande
Patrick LECANTE, Maire de la Commune de Montsinéry-Tonnégrande
Patrick LECANTE, Maire de la Commune de Montsinéry-Tonnégrande

Un journal, c’est aussi un espace de liberté et d’expression libre. Nous vous proposons, ici, de renouer avec nos « pages Débats », en nous envoyant vos tribunes, vos prises de position, vos avis à l’adresse france.guyane@agmedias.fr

 La migration que nous vivons, et que nous subissons, doit nous permettre de repenser notre société. Depuis que l’Homme s’est mis à marcher, il n’a pas arrêté sa course. Nous le savons particulièrement en Guyane, où l’année des premiers peuplements est sans cesse repoussée à une époque plus lointaine. Ces hommes, nos ancêtres, avaient traversé au cours des âges les fleuves, les mers, les montagnes, les déserts, la forêt.

L’immigration, car c’est bien de cela qu’il s’agit, est aussi un facteur de rencontres. Souvent brutal, parfois heureux. Comme l’écrivait Montaigne, il faut voyager « pour frotter et limer notre cervelle contre celle d’autrui ».

L’immigration que l’actualité a mise en valeur ces dernières semaines est moins romantique que cette image. Elle est une immigration de misère, de désolation, de maladie, de fuite de familles entières depuis des pays en guerre ou en proie aux gangs et à des États défaillants. Dieu seul sait les souffrances, les rackets des mafias et les agressions qu’elles ont subies pour arriver ici. Mais notre immigration actuelle est aussi une immigration